Les deux cadeaux

Les deux cadeaux.

La soirée est intense.

Encore une fois, je me surprends à faire du magasinage de dernière minute pour cette fameuse soirée du réveillon de Noël.

Un des deux réveillons en fait.

 

La famille et la belle-famille ont cessé de se réunir ensemble depuis longtemps. Les enfants devenus grands ont également un doublé de partys !

Pfff… quel casse-tête !

Chacun des enfants a donc le doublé de la famille immédiate et le doublé de leur belle-famille. Pas trop difficile de comprendre pourquoi ils font des choix… Le public vieillissant de la famille immédiate, bien que rempli d’Amour ne peut compétitionner avec l’autre «gang» ou encore avec la vraie «gang», celle des amis et qui est drôlement importante en cette ère des petites familles.

 

Mais pourquoi me plaindrais-je ?

Nos enfants sont autonomes et capables de faire les bons choix de vie. Leur groupe d’amis est exceptionnel et bien que les valeurs de cette autre génération soient généralement semblables aux nôtres, les réseaux sociaux et les discussions sur la légalisation de la marijuana ont un peu transformé la forme des soirées… Oh, dans le fond… rien de pire que les beuveries qui ont marqué notre enfance avec la présence du gros «mononc» aux becs mouillés et aux mains qui s’égarent sur des parties de l’anatomie féminine… par inadvertance bien sûr !

 

En fait, nos jeunes ont des valeurs plus congruentes que bien des gens de ma génération. L’histoire des échanges de cadeaux avec eux a pris une tournure bien étrange depuis quelques années…

Habitués à magasiner en ligne et à être «notifiés» des spéciaux extraordinaires de la journée seulement (“Today only !”, “Buy it now”), ils ont appris à acheter intelligemment, bien qu’un peu compulsivement, si bien qu’à Noël, l’objet de leur désir fait déjà partie de l’armoire depuis longtemps.

Plutôt que de devenir blasés et demander n’importe quoi, ils ont plutôt adopté une attitude de simplicité volontaire et ont cessé de demander ou de s’attendre à quoi que ce soit lors du réveillon. On revient donc à un échange de cadeaux orienté vers le plaisir de donner et de surprendre.

Toujours faut-il avoir quelque chose pour surprendre…

 

D’où cette intense soirée de recherche…

Ah… et dire que j’ai cette tâche dans mon planificateur depuis 1 mois…

Ah… et dire que je surfe sur la toile depuis quelques semaines pour trouver ce précieux cadeau…

Je suis donc dans un centre d’achat, au milieu d’une foule bigarrée, tendue et assez impatiente à la recherche… de quoi au juste ?

Ça bouge vite autour de moi. Ça se bouscule même un peu, et pas toujours poliment !

Et je me surprends à distribuer des sourires.

Beaucoup de sourires.

Je suis heureux. Serein. Cette drôle d’interaction avec l’humanité stressée me remplit de joie.

 

Depuis plusieurs années je fais réfléchir mes clients, à travers mes articles de blogue et pendant les activités de réflexion et de gestion de priorités, sur le sens de leur existence. Encore ce matin, j’animais une telle activité.

Encore une fois ce matin, j’ai touché les cœurs.

J’aime ce que je fais.

Je sais, pour l’avoir entendu de la bouche de mes clients, que je le fais bien.

Je réponds aux besoins de mes clients.

Et ils me paient bien pour ce service.

Je combine ma passion, ma mission, ma profession et ma vocation. J’ai trouvé mon ikigai, ma raison d’être.

Ma réserve de sourires s’en trouve donc garnie… un puits sans fond.

 

Ça doit paraître dans ma façon de les distribuer à tous vents lors des mes déambulations dans ces allées de centre d’achat fourmillant de consommateurs avides de “bons deals” de dernière minute. Loin d’avoir l’air d’un hurluberlu, je me rends compte que les gens retournent les sourires et en distribuent à leur tour avec un air un peu hébété.

C’est toujours la même chose… je commence spontanément et après quelques minutes, les sourires reviennent et se multiplient. Ils rebondissent sur les lèvres des jeunes et moins jeunes… en fait… les jeunes en lancent encore et les plus vieux, ceux qu’on nomme respectablement les gens du troisième âge, les reçoivent avec beaucoup d’émotions.

 

Entre les deux générations… ah !, c’est une autre histoire.

Ce groupe d’adultes vit dans le stress sans voir la lumière au bout du tunnel. Perpétuellement déchirés entre les obligations du travail et celles de la famille, du conjoint, des enfants…

Hmm… la carte de l’âge d’or avec laquelle on me menaçait vient danser devant mes yeux et je l’attrape avec un subtil sourire de satisfaction. Tiens, je suis rendu là… ma barbe blanche et mes cheveux sel et poivre (ben oui, le poivre et sel ne s’applique plus !) me donnent un air de sagesse que je ne reconnais pas.

Je suis encore surpris en me regardant dans le miroir chaque matin… Qui est ce vieux barbu qui me regarde avec un œil taquin ? Ah oui… le mec qui distribue des sourires…

 

En déambulant lentement entre ces individus pressés de consommer, je ralentis mon pas en accélérant ma distribution de sourires et… je trouve mon premier cadeau.

Accompagné d’un solide problème d’emballage !

Comment présenter cela adéquatement sous le vénérable conifère illuminé ? Sans prétention, mais en y mettant toute l’emphase nécessaire à son spectaculaire impact sur le récipiendaire et sans rendre le reste de la famille jaloux ?

Ah… une idée germe lentement dans mon cerveau embué d’émotion.

La foule d’enthousiastes sourires grossit autour de moi. Mes contagieux mouvements de zygomatiques ont créé un engouement qui prend de l’ampleur.

Ça me plaît ! Ça me touche et me remplit de gratitude.

Beaucoup.

Ah… je viens de trouver mon second cadeau !

Même problème pour l’emballage.

Mais qu’est-ce qui me prend cette année ? À ce train aucun fournisseur d’emballage traditionnel ne pourra combler mon besoin…

 

Le risque de déversement augmente de minute en minute…

La foule autour de moi aussi !

L’euphorie d’effusion de bonheur me porte au-dessus de la mêlée vers la sortie… Eh bien, je ne m’attendais pas à mon premier épisode de « crowdsurfing » à cette époque de l’année.

les deux cadeaux crowsurfing

Je suis porté par une vague de bonheur et de gratitude !

Eh… !

Je ne suis pas prêt ! Toutes ces émotions requièrent de la pratique pour être accueillies convenablement !

Reposez-moi par terre…

 

Je n’ai pas trouvé d’emballage pour ces deux cadeaux !!!

Les sourires autour de moi deviennent plus denses, plus intenses, plus nombreux !

Bien malgré moi, j’ai initié une réaction en chaîne qui me pousse à sortir…

Je cesse de lutter, je me laisse porter, j’ai accompli mon objectif…

J’ai trouvé mes deux cadeaux.

Et cette trouvaille m’emballe… littéralement.

 

J’ai distribué ces sourires de bonheur sans attente de retour.

J’ai accepté avec gratitude leur impact sur moi, sur la foule et sur ma vie.

Ça a marché avec la foule d’inconnus d’un centre d’achat.

Ça devrait marcher aux réveillons. Je suis emballé, nul besoin d’emballage additionnel.

Pff… pourquoi s’en faire…

Ça marche toujours,

Ça marche partout,

Depuis longtemps et pour toujours.

Ah, et « toujours » rime avec Amour !

🙂


iss_3035_00210Concours de Noël

Devinez quels sont les deux cadeaux !

Inscrivez votre réponse dans la section « commentaires ».

Je ferai tirer un exemplaire de mon dernier livre,

« Oubliez la gestion du temps, gérez vos priorités »

parmi ceux qui auront répondu à l’appel.

N’oubliez pas de partager sur vos réseaux sociaux !

 

 



Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2016. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

J’ai pas le choix!

« J’ai pas le choix! » C’est ce que la caissière à l’épicerie m’a répondu. Lorsque je lui ai dit qu’au contraire elle avait le choix, sa réaction m’a jeté terre. Elle a eu un mouvement de recul, de surprise, ses yeux se sont ouverts et la bouche a suivi la tendance. Un long filet de salive s’est écoulé et… Oh. Je fabule un peu. Oubliez la salive. Le reste est vrai.

Plus d'info

Questions, questions.. et quelques réponses

Juin 2017 : 3 communautés de pratique.   J’utilise un nouvel outil depuis queqlues mois : SLI.do! Oh, ce n’est [...]

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

Les réponses à des questions du BootCamp Formation 2017

Les réponses à des questions du BootCamp Formation 2017. Je réponds à plusieurs questions que des participants à ma conférence au BootCamp Formation ont posé en utilisant www.slido.com : le sujet de la conférence était l'apprentissage social, un sujet qui m'est cher.

Plus d'info

Avez-vous remarqué...?

Pas d'article cette semaine. Rien à dire? Pas vraiment... Laissez un commentaire pour confirmer que vous avez remarqué... et devinez pourquoi je n'ai pas écris.

Plus d'info

500 $ pour décider comment payer une facture de 300 $

Suite de ma montée de lait récente sur les dédales bureaucratiques nécessaires pour payer 50 $ à six étudiants. Une fois mon article écrit j’ai de nouveau tenté d’éviter les affres bureaucratiques aux étudiants en me disant que le gros bon sens prévaudrait. Appel à la secrétaire responsable de l’envoi des moult formulaires. "Désolée. On n’y peut rien. Je vous passe le professeur responsable du projet." La cascade de la non-responsabilisation commence...

Plus d'info