La dichotomie de la démocratie

La dichotomie de la démocratie

Je me souviens du référendum de 1980 au Québec.

J’avais 16 ans et ne pouvais pas voter. J’avais pourtant des convictions et j’aurais aimé pouvoir les faire valoir. Nous avions des géants comme chefs de parti politique, des gens de convictions et de visions.

Ah comme je voulais voter.

À l’inverse, je ne me souviens même pas si je suis allé voter lors de la dernière élection… provinciale, municipale, scolaire ou fédérale ? Hmmm…

Je vous rassure. Je suis allé voter. J’en fais mon devoir. Je ne crois pas en avoir manqué une depuis que je suis en âge de le faire.

Pfff… comme si cela faisait une différence.

Le taux de participation est si bas que le résultat du vote est bien peu représentatif…

 

Et de toute façon, réfléchissez un instant : on vote pour quoi ?

Un politicien local ayant peu d’influence au sein du gouvernement à moins qu’il ne devienne ministre ?

Un politicien provincial qui a peu d’influence sur la vie locale, mais qui tentera pendant 4 ans de nous convaincre de le réélire ?

Tous devraient voter, c’est notre devoir de citoyen !

Oui, oui, mais on vote pour quoi au juste ?

On vote pour une personne en qui nous avons confiance (ou qui nous a manipulés pour voter pour lui), mais ultimement, la démocratie actuelle se limite à 4 secondes d’action citoyenne dans l’isoloir et un plongeon dans le vide qui dure 4 ans. Allez, au pire on se reprend la prochaine fois…

Ben voyons !

 

Solon avait autre chose en tête lorsqu’il implanta la démocratie à Athènes quelques siècles avant notre ère. Les premières démocraties donnaient le droit de parole à tous les citoyens, directement (ok, ok, à cette époque rétrograde les femmes n’étaient pas tout à fait des citoyens… bon… 2500 plus tard on peine encore à faire respecter l’équité salariale dans les pays les plus civilisés… on a encore du chemin à faire). Sans vraiment avoir de preuve absolue, j’ai la drôle d’impression que les assemblées citoyennes avaient lieu plus souvent qu’une fois par 4 ans…

D’oser dire que nous vivons dans une démocratie aujourd’hui alors que le poids d’un citoyen est dilué à l’infini et qu’il joue un rôle une fois par 4 ans est… franchement… honteux.

 

À l’inverse, les citoyens iraient-ils voter pour chaque loi ? Certainement pas avec le système actuel.

MAIS… Einstein ne disait-il pas que les problèmes auxquels nous faisons face doivent être solutionnés avec une perspective différente de celle que nous avions lorsque nous les avons créés ?

La technologie permet aujourd’hui à tout un chacun de voter sur un appareil mobile. Que ceux qui crient à la possibilité de faux résultats et de corruption aillent se rasseoir ! Les élections traditionnelles sont fréquemment truquées partout dans le monde. Il suffit de penser au recomptage de la Floride qui a fait élire GW Bush, aux pseudos manipulations (on ne le saura peut-être jamais) de la Russie pour Trump… et ce ne sont que deux semi-vérifiables élections.. Imaginez ce qui se passe au Congo !

 

  • La vitesse à la laquelle les choses évoluent requière l’intelligence collective de la population et au moins une consultation populaire électronique instantanée… nul besoin de “vote” officiel… une consultation aiderait grandement.

 

De toutes façons, nos politiciens ne jurent que par les sondages des grandes compagnies de marketing… qui basent leurs résultats scientifiques sur 1234 personnes avec un taux d’erreur de 4% 5 fois sur mille…

Imaginez l’impact de 460 876 votes réalisés par appareil mobile dont le résultat serait visible immédiatement sur votre cellulaire… et sur celui du premier ministre avant le vote en chambre et sans ligne de parti.

Alors chers députés, votez avec votre cœur, votre tête et l’avis de vos concitoyens… Voulez-vous vraiment offrir de “succulents” repas de patates en poudre à vos parents ?

 

La cyberdémocratie est à notre portée. L’agora virtuelle dont Pierre Levy fait mention.

La technologie le permet.

La conscience collective aussi.

La volonté politique… sera peut-être portée au pouvoir dans 4 ans…

Drucker disait, la seule façon de prévoir le futur est de le créer.

Rien ne sert de se baser sur les modèles du passé si ce n’est que pour apprendre de nos erreurs.

Personne ne peut prévoir le futur sans y prendre part.

Tout va vite.

Tout va aller encore plus vite…

La vitesse du présent dépasse le futur du passé.

GO !


Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2017. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour que vos amis pensent autrement.

Articles récents:

J’ai pas le choix!

« J’ai pas le choix! » C’est ce que la caissière à l’épicerie m’a répondu. Lorsque je lui ai dit qu’au contraire elle avait le choix, sa réaction m’a jeté terre. Elle a eu un mouvement de recul, de surprise, ses yeux se sont ouverts et la bouche a suivi la tendance. Un long filet de salive s’est écoulé et… Oh. Je fabule un peu. Oubliez la salive. Le reste est vrai.

Plus d'info

Questions, questions.. et quelques réponses

Juin 2017 : 3 communautés de pratique.   J’utilise un nouvel outil depuis queqlues mois : SLI.do! Oh, ce n’est [...]

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

Les réponses à des questions du BootCamp Formation 2017

Les réponses à des questions du BootCamp Formation 2017. Je réponds à plusieurs questions que des participants à ma conférence au BootCamp Formation ont posé en utilisant www.slido.com : le sujet de la conférence était l'apprentissage social, un sujet qui m'est cher.

Plus d'info

Avez-vous remarqué...?

Pas d'article cette semaine. Rien à dire? Pas vraiment... Laissez un commentaire pour confirmer que vous avez remarqué... et devinez pourquoi je n'ai pas écris.

Plus d'info

500 $ pour décider comment payer une facture de 300 $

Suite de ma montée de lait récente sur les dédales bureaucratiques nécessaires pour payer 50 $ à six étudiants. Une fois mon article écrit j’ai de nouveau tenté d’éviter les affres bureaucratiques aux étudiants en me disant que le gros bon sens prévaudrait. Appel à la secrétaire responsable de l’envoi des moult formulaires. "Désolée. On n’y peut rien. Je vous passe le professeur responsable du projet." La cascade de la non-responsabilisation commence...

Plus d'info