DIffusion, partie 2

Trucs et astuces de diffusion

Avec l’avènement du e-learning (e pour électronique mais qui est devenu pour certains e pour exécrable!), les formateurs ont dû revoir leur boîte à outils. Tout devait soudain devenir e-learning. Mes premiers contacts avec cette technologie remontent à 1995. À cette époque, on parlait de frais de 25 000 $ par heure de conception. Hors de portée pour la plupart des portefeuilles.

Tout cela a bien changé. On peut maintenant acheter des logiciels qui nous permettent de faire un travail décent pour une minime fraction du prix. Oh, pas toujours aussi sexy comme apparence, mais le résultat est là. Du contenu interactif plus ou moins intéressant.

Plus ou moins intéressant. La plupart des expériences e-learning sont encore à ce stade. Oh, bien sûr, vous trouverez également des expériences hallucinantes à la « second life« . Expériences visuelles exceptionnelles et très réalistes. Encore faut-il y mettre le temps. Et la facture remonte rapidement à des niveaux de 1995. Mais cela en vaut vraiment la peine… Pour ceux qui peuvent se le permettre. Et pour ceux qui ont fait l’analyse de leurs besoins. Même à 25 000$ par heure, le e-learning peut être LA solution idéale si vous avez une équipe de 2500 personnes réparties à travers le monde… 10 $ par personne !

Mais au-delà des termes techniques relevés dans le résumé (et que je ne n’expliquerai pas ici aujourd’hui!), la diffusion de formation doit répondre à des préoccupations de bases universelles : celles des participants!

La diffusion du contenu DOIT répondre aux besoins des participants. Que ce soit en utilisant le e-learning ou la méthode traditionnelle, la formation doit être conçue pour impliquer les apprenants, leur permettre de mettre en pratique ce qu’ils apprennent et les garder motivés tout au long de la formation mais, plus important encore, les garder motivés APRÈS la formation.

Les « trucs » de diffusion s’appliquent à tout type de formation. Ces techniques sont souvent référées comme tant des techniques de « présentation » mais, hey, que ce soit sur un moniteur d’ordinateur, sur écran géant, en formation un-à-un ou sur un tableau blanc, la formation reste toujours un transfert de connaissance!

TRUC #1 : Créer un climat propice au transfert

Préparer votre salle (voir article précédent). Pensez à des rafraîchissement si la formation dure plus de 2 h. Accueillez vos participants. Essayez de retenir leur prénom. Dès le début, demandez-leur de participer en se présentant au groupe. Et n’oubliez pas de vous présenter… brièvement!
À l’ordi? Demandez-leur de vous écrire un bref courriel de présentation… nul besoin de tout lire! Le simple fait de les engager dès le départ est suffisant. Si c’est un webinaire, tout le monde pourra voir les interactions en clavardage en direct. Si c’est plutôt en asynchrone (i.e. pas tout le monde en même temps), vous aurez peut-être l’occasion de faire de belles découvertes en lisant les courriels!

Truc #2 : Brise-Glace

Les avis s’entrechoquent au sujet de l’utilité des brise-glaces. Je ne peux que vous offrir MON opinion. JE LES ADORE!
Mais attention, un brise-glace doit être choisi pour faire un lien entre l’activité et la suite du contenu. Un message doit motiver les participant à apprendre. Le brise-glace est une activité qui dégèle les participants et brise leurs idées préconçues tout en les stimulant à aller de l’avant.
Différent du tour de table traditionnel de présentation, le brise-glace peut faire l’effet d’une douche froide ou d’une boisson chaude réconfortante mais, dans les deux cas, le formateur DOIT faire un lien avec le contenu à venir. les meilleurs brise-glaces impliquent les participants, les font réfléchir et partager et permettent, dans certains cas, de former des sous-groupes qui forceront les participants à découvrir de nouveaux partenaires. Finies les petites cliques!
Le niveau d’énergie qui résulte d’un bon brise-glace vous fera naviguer sans effort pendant… oh… 15 minutes…
Devant l’ordi? Posez une question et demandez aux participants de répondre en direct ou dans leur tête. Mieux, faites-leur FAIRE quelque chose (dessin, bricolage, avion en papier) qui leur permettra de faire un lien.
Oh, oh, je vous entends déjà : « Mais ça demande des efforts tout ça!! » OUI. Mais essayez une fois et vous verrez que les résultats seront au rendez-vous. Pour les participants et pour vous!

Truc #3 : Conserver l’interêt…

Pour le prochain billet…

Par François Lavallée, M. Sc.

 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Mesures démesurées

Peter Drucker disait : « Si vous ne pouvez le mesurer, vous ne pouvez l’améliorer ».

Plus d'info

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau.

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau. Bien que cette situation semble [...]

Plus d'info

Les structures dissipatives et la conformité

Les structures dissipatives et la conformité. Certains de mes lecteurs assidus et quelques admirateurs (ben oui, j’en ai…) me trouvent un peu (un peu petit peu)… disons… "out of the box" (restons poli !).

Plus d'info

Cet hôpital a payé 2000$ pour un support à crayon !

Simplement en ne comprenant pas la cinquième discipline des organisations. Peter Senge a écrit, en 1991, sur le sujet des disciplines des organisations intelligentes. L’esprit d’équipe, le souci de développement du personnel, les modèles mentaux, la vision commune et finalement la pensée systémique. Cette pensée systémique que la plupart des organisations tentent de fragmenter par des processus compliqués basés sur des procédures rigides et nombreuses.

Plus d'info

Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.