J’ai pas le choix!

C’est ce que la caissière à l’épicerie m’a répondu.

Lorsque je lui ai dit qu’au contraire elle avait le choix, sa réaction m’a jeté à terre.

Elle a eu un mouvement de recul, de surprise, ses yeux se sont ouverts et la bouche a suivi la tendance. Un long filet de salive s’est écoulé et…

Oh.

Je fabule un peu.

Oubliez la salive.

Le reste est vrai.
Elle a le choix. Nous avons le choix. TOUJOURS,

La situation de la caissière m’a profondément choqué. Où en sommes-nous comme société si…

 

Oh, mais je dois donner un contexte…

Je suis à la caisse et je paie deux bouteilles de détergent. La gentille employée s’apprête à mettre les bouteilles dans un sac.

Je l’interromps, toujours prêt à faire ma part pour l’environnement : « non, pas besoin de sac! »

Elle se retourne et appose à la vitesse de l’éclair un autocollant de 8 cm sur chaque bouteille.

« Non… pas d’autocollant svp »

Et vient la réponse qui me tue :

« J’ai pas le choix! »

Et moi de lui répondre : « Ben oui, vous avez le choix! »

Choc.

Pupilles dilatées

Bouche ouverte

Silence

« Huh? »
Je continue en disant que ceci est mon choix de ne pas avoir d’autocollant et de justifier auprès d’un éventuel inspecteur des aliments que j’ai en effet payé, voici ma facture, oui j’ai refusé l’autocollant….et NON, vous n’AVEZ PAS à engueuler la caissière »

C’EST MON CHOIX!

Chaque petit geste compte, dis-je à la caissière… en jouant la carte du citoyen conscient de l’environnement.

Mais ce que je voulais vraiment lui dire c’est…

OUI

VOUS

AVEZ

LE

CHOIX!

Si un employé ne peut prendre la décision de satisfaire le client dans le simple acte de ne pas apposer d’autocollant

Si un employé doit appeler son superviseur pour avoir le mot de passe de sa caisse pour payer un dépôt de bouteille

Si un employé ne peut rembourser un aliment périmé sans demander la permission

Si un employé ne peut utiliser son gros bon sens…

Si un employé sent , jour après jour, le manque de confiance de son employeur envers elle ou lui…

Comment peut-on penser à mettre en place des causes sociales importante ?

 

Cette employée a probablement une conscience environnementale plus élevée que la mienne

MAIS

Elle n’a PAS le choix de gaspiller et d’utiliser un autocollant, ou d’utiliser une précieuse agrafe de métal savamment produit par l’extraction de minerais bruts et son traitement complexe jusqu’à produire un exemple de l’abondance implicite de notre société : la broche qui retient nos deux (!) copies de facture pour un item payé par carte de crédit.

Pensez-y ! 2 copies de facture pour un item de moins de 10! , le tout , broché. Dans un sac.
Oui nous avons le choix de réfléchir.

Et dans certains cas, contrevenir aux normes, règlements et lois… pour faire la bonne chose.

Comme ce juge qui contrevient à loi dans son jugement, mais sachant pertinemment qu’il fait la bonne chose, la seule chose juste.

Sommes-nous en train de devenir idiots ?

Nos règles et procédures nous dictent les choses faire. Jusqu’à un certain point, ceci facilite l’exécution des tâches.

Mis en aucun cas, y a-t-il une règle qui nous indique de cesser de réfléchir.

La peur de la réprimande est-elle devenue si élevée?

Extrait du TED TALK de Barry Schwartz


« La sagesse pratique », enseignait Aristote, « est la combinaison de la volonté morale et de l’aptitude morale ». Une personne sage sait quand et comment faire exception à la règle, (…) Une personne sage sait comment improviser, (…) Une personne sage est comme un musicien de jazz — s’appuyant sur la partition, mais dansant autour des notes, inventant des combinaisons appropriées à la situation et aux personnes présentes. Une personne sage sait comment utiliser ces talents moraux au service de buts justes. Pour servir les autres, pas pour les manipuler.

Et finalement, le plus important peut-être, on ne naît pas sage, on le devient.

La sagesse dépend de l’expérience, et pas de n’importe quelle expérience. Il faut du temps pour apprendre à connaître les gens que l’on sert. Il vous faut la permission pour improviser, pour essayer des choses nouvelles, pour parfois échouer et apprendre de ses échecs.


C’est la seule permission que nous devrions tous demander.

Et obtenir.

À défaut de quoi, nulle sagesse ne pourra émerger de nos actions individuelles ou collectives.

La prochaine fois, refusez le sac, refusez l’autocollant, refuser, la broche.

Et expliquez pourquoi.
« J’ai pas le choix » n’est pas une réponse acceptable.

Jamais.

 

Post Scriptum :

J’ai promis une liste des mes treize (13) livres de l’été. La voici

En achetant ces livres par le lien fourni, vous contribuez à accumuler des fonds pour les tirages à mes événements. En effet, je suis associé de Amazon. le programme d’Affilié dAmazon me permet d’accuser 4% environ du prix d’Achat. Aucune différence pour VOUS. Sauf si vous participez à mes événements… plus j’accumule et plus il y a de tirages!

 

The selfish Gene, Richard Dawkins

The ghost in the machine

Dune, Herbert

Children of Dune, Herbert

Paul of Dune, Here et Anderson

The end of management,

The end of bureaucracy, G. Pinchot

The myth of health care management, Mintzberg

Toyota Kata, M . Rother

Get client now!

Le macroscope, J. DeRosnay

Vision 20/20, J. De Rosnay

How to talk about books you haven’t read, Pierre Bayard

 

Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2017. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

[pexblogposts pex_attr_title= »Articles récents: » pex_attr_cat= »587″ pex_attr_number= »6″ pex_attr_columns= »2″][/pexblogposts]