Liens faibles de l’organisation intelligente

Les liens faibles de l’organisation intelligente sont plus importants que vous ne l’imaginez!

 

Chaque année j’envoie des souhaits de « bonne fête » à plusieurs dizaines de personnes. En fait, je ne sais pas à combien de personnes je les envoie! Nos technologies de communications sont devenues tellement efficaces que je reçois des rappels de mon carnet d’adresses, de mes contacts de réseaux sociaux, en fait de partout!

Ces rappels omniprésents font partie de l’infobésité qui nous afflige. À chaque fois, je me pose la question : est-ce que je connais vraiment cette personne?

Dans certains cas, je ne me souviens plus de son visage…

Dans certains cas, de plus en plus fréquemment, je n’ai jamais rencontré cette personne, mais j’ai seulement communiqué par courriel, c’est un contact virtuel.

Dans certains cas, une demande de contact professionnel à la suite de la parution d’un article de blogue, je ne connais pas cette personne, je ne lui ai jamais parlé!

Pourquoi envoyer des souhaits de « bonne fête » à cette personne anonyme, inconnue et peut-être sans importance pour moi?

AHA!!

Sans importance pour moi…

Qui suis-je pour juger?

Dans notre ère de contacts superficiels, de réseaux sociaux, de concours du plus grand nombre « d’amis » combien de personnes sont vraiment importantes?

TOUTES!

Je ne suggère pas d’envoyer des souhaits à tous vos contacts. J’ai 1500 contacts LinkedIn, 250 amis Facebook, 1700 noms dans mon carnet d’adresses, quelques dizaines sur Google+, quelques centaines sur Twitter et j’oublie tous les autres réseaux sociaux que j’ai essayé au fil du temps.

Je devrais envoyer des souhaits à quelques dizaines de personnes chaque jour.

Mais non.

Je choisis à qui je les envoie.

Je m’assure de les connaître un peu. J’hésite parfois à en envoyer à des gens avec qui je ne veux plus interagir.

Sont-ils moins importants pour autant?

Non.

Peut-être moins importants pour moi, en ce moment.

Certainement pas moins importants au final.

Ce matin-là, c’était mon anniversaire.

J’avais oublié.

J’ouvre mon logiciel de courriel et je vois ces souhaits. Bizarrement seulement deux noms étaient des proches parents ou amis.

Certains m’étaient familiers.

D’autres moins.

Certains m’ont rappelé des souvenirs heureux.

D’autres moins.

Mais tous ont confirmé qu’à ce moment j’étais important. Assez important pour que quelqu’un m’envoie un souhait de « bonne fête ».

Oh, j’en entends déjà me dire que si je m’attarde à ce genre d’importance, j’ai de graves problèmes d’estime de soi (ou de moi!).

Ces interactions de faible intensité sont pourtant plus importantes qu’il n’y paraît à première vue. La nature est remplie de telles interactions faibles. Pensez simplement aux interactions entre deux molécules d’eau dans un nuage. Les interactions entre les molécules d’eau dans la vapeur semblent bien anodines, mais permettent à des masses de plusieurs tonnes d’eau de se déplacer dans les airs. Un défi d’ingénierie, s’il en est un!

Les interactions faibles sont partout dans l’univers et sont à la base de phénomènes puissants.

Ce matin, c’est ma fête.

J’avais oublié.

Plusieurs personnes me l’ont rappelé et ont inspiré ce texte.

Interactions faibles ne signifient pas interactions inutiles.

Que faites-vous pour faciliter ces interactions dans votre organisation?

Si je me fie à ce que j’ai ressenti à la lecture de ces souhaits ce matin et que j’extrapole cet impact sur 365 jours, sur la qualité de mes projets (ou de mes textes), sur l’énergie de la journée, je dois admettre que  …ça fait du bien!

Merci pour ces souhaits.

Merci de lire ce texte et de le partager.

Merci de prendre le temps de diffuser du bonheur, un petit rappel, un petit souhait à la fois.

Merci pour ces interactions faibles.

Merci pour tout.

Matériel sous copyright © Aliter Concept 2015. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour aider vos amis à penser autrement!

Cinq singes, une douche et une banane

Presque tout le monde la connaît celle-là. Cinq singes cohabitent poliment dans une cage. (Bon j’avoue que je ne se serais moi-même pas beaucoup poli si j’étais dans une cage avec 4 congénères, observés par des chercheurs un peu sadiques…) On ajoute une échelle dans la cage et on accroche un régime de bananes au bout de l’échelle. Hey, même un singe dont l’intellect est de niveau inférieur sait quoi faire dans ces conditions! Ce qu’il fit ! Le plus rapide des cinq commença l’ascension suivie des autres, un peu déçus, mais confiants de pouvoir arracher quelques bananes au victorieux primate. Mais voilà… nos astucieux chercheurs, sans doute des Ph.D. en psychologie sociale, un domaine particulièrement intéressant, ces chercheurs ont bien planifié leurs expériences ...

Plus d'info

Influencer au suivant

Influencer au suivant : la métaphore de la toilette J’ai récemment rencontré une personne que je connais un peu. Elle, de son côté, semblait me connaître beaucoup! Lors de chaque congrès ou formation publique auquel j’assiste régulièrement, je me fais interpeller : « M. Lavallée? » « François ? » « Êtes-vous, êtes-vous… lui? » Chaque fois, je me retourne et je cherche un visage familier. Chaque fois, je ne trouve pas, mais je perçois cette figure souriante qui me fait signe. Je ne les connais pourtant pas! Que s’est-il passé?

Plus d'info

La valeur d’un diplôme

La valeur d’un diplôme change. Nos perceptions, un peu moins. Le parcours vers la reconnaissance des acquis change aussi.

Plus d'info

J’ai pas le choix!

« J’ai pas le choix! » C’est ce que la caissière à l’épicerie m’a répondu. Lorsque je lui ai dit qu’au contraire elle avait le choix, sa réaction m’a jeté terre. Elle a eu un mouvement de recul, de surprise, ses yeux se sont ouverts et la bouche a suivi la tendance. Un long filet de salive s’est écoulé et… Oh. Je fabule un peu. Oubliez la salive. Le reste est vrai.

Plus d'info

Questions, questions.. et quelques réponses

Juin 2017 : 3 communautés de pratique.   J’utilise un nouvel outil depuis queqlues mois : SLI.do! Oh, ce n’est [...]

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info