Quand les lois ne sont pas nécessaires

Quand les lois ne sont pas nécessaires …

Je sors de l’épicerie. Des achats de dernières minutes. Macédoine et champignons… oubliés de la première liste. J’en ai pour 5 minutes à l’intérieur.

Les stationnements de mon épicerie locale sont conçus pour des véhicules de dimensions étranges. J’ai toujours l’impression que la Smart de Mercedez est la voiture que les concepteurs de stationnements ont en tête lorsque qu’il prévoient le nombre de véhicules pouvant se stationner sur leur terrain.

Bon.

On s’habitue.

Mais là où je ne m’habitue pas, c’est quand je recule lentement en vérifiant de tous bords, tous côtés, si la voie est libre et que je vois un flanc de véhicule stationné derrière moi. Oui, un flanc. Cette personne a simplement laissé son automobile le long du trottoir d’accès, les clignotants d’urgence allumés plutôt que de se stationner comme il se doit. Le conducteur n’en avait que pour 5 minutes à l’intérieur … pourquoi se stationner plus loin ?

Je dois donc reculer un peu, changer l’angle de mon véhicule, avancer un peu, reculer un peu, augmenter l’angle de sortie progressivement, reculer encore et répéter la manœuvre jusqu’à extirper mon véhicule et retourner à la maison.

Rien de compliqué mais cette manœuvre aurait été inutile si mon concitoyen avait respecté les règles.

Quelles règles?

Oh, il y a bien sûr une loi et des signaux qui interdisent le stationnement à cet endroit.

Je poursuis donc ma route, lentement, comme il se doit dans un stationnement où des gens et des véhicules circulent en tous sens…. et je me fais couper par une automobile qui roule un peu trop vite pour être prudent. Je freine brusquement.

Je suis un peu plus stressé ces temps-ci. Un accrochage (et 3000 $ de dommage) le mois dernier m’a rendu un peu plus attentif à ces chauffards de stationnement.

Mais bon sang, ne connaissent-ils pas les règles?

Quelles règles ?

Il n’y a pas de règles sur la vitesse réglementaire dans les stationnements.

Seulement du gros bon sens

Et un sens civique prononcé.

En 1980, je faisais ma première visite à Vancouver. Avant le boom immobilier et d’immigration. Un autre Vancouver. J’y suis retourné trois fois entre 1980 et 1986. Et plus jamais depuis.

Plusieurs choses m’ont frappé à cette époque :

1- Dans plusieurs secteurs résidentiels, il n’y avait pas d’arrêt (de STOP) aux coins de rues.

2- On traverse la rue aux intersections.

Pourquoi avoir des arrêts à chaque coin si tous les conducteurs ralentissent à chaque fois et s’immobilisent seulement si d’autres véhicules sont là en même temps qu’eux. La priorité est au véhicule à notre droite.

Génial !

Et si vous osez traverser la rue ailleurs qu’à une intersection, tous les automobilistes s’immobilisent pour vous laisser passer… clairement, il doit y avoir une urgence si vous traversez ailleurs qu’au bon endroit…. et ils vous engueulent de le faire ..avec toute la circonspection de nos voisins anglophones !

Des règles, il y en a. Certaines sont implicites, d’autres explicites.

Du gros bon sens aussi, il y en a !

Ma pratique professionnelle me fait évoluer dans des environnements normés, très strictes, réglementés et contrôlés. On me réfère souvent à des réglementations spécifiques et on insiste sur le besoin, la nécessité de respecter les règles… à la lettre.

Le cerveau humain en est capable.

Le cerveau humain est aussi un fin détecteur de stupidité.

Le cerveau humain est très réfractaire à la stupidité et cherche toujours une solution sensée à une situation insensée.

Un arrêt obligatoire à chaque coin de rue, dans un quartier résidentiel, à minuit….. est idiot.

Un arrêt obligatoire à une intersection de rang dans une campagne reculée où le passage d’un véhicule est un événement…. est idiot.

Oh… le panneau de signalisation n’est pas idiot lui. C’est un objet après tout.

La présence du panneau n’est pas idiote non plus… après tout, il y a un risque inhérent de collision à chaque intersection.

Non. L’idiotie est d’arrêter à minuit lorsqu’il n’y a personne.

Mais …. et si….un autre véhicule arrivait !!!

Ah oui.

Il faudra donc ajouter des arrêts dans les stationnements de mon épicerie: beaucoup plus passante que mon quartier tranquille, beaucoup plus de piétons et d’enfants aussi.

Dans le même ordre d’idée, il faudra aussi enlever les arrêts dans mon quartier.

Le risque est presque nul dans mon quartier et très élevé dans le stationnement….. et les statistiques d’accidents graves dans le stationnement de mon épicier sont plutôt encourageantes…

Soyons congruents !

Tous les conducteurs de ce quartier sont des résidents, des parents ou de jeunes adultes ayant des frères et sœurs… pourquoi ne seraient-ils pas prudents ?

Erick Durkheim disait quelque chose comme ça :

“Quand les mœurs et la culture sont fortes, les lois ne sont pas nécessaires. Quand elles sont faibles, les lois ne sont jamais suffisantes.”

Le message est clair.

Travaillons sur la culture, les mœurs, l’éthique et le civisme.

Dans nos familles, nos entreprises, nos gouvernements.

Le gros bon sens crie à être entendu.

Cessons d’ajouter des règles et procédures qui ne servent qu’une minorité et sont souvent imposées après qu’un problème soit survenu de façon exceptionnelle.

Les règles et procédures n’ont aucune raison d’exister pour elles-mêmes… elles doivent répondre à un réel besoin et non pour entretenir des pseudo-emplois de conformité ou de gardiens de la rectitude et créer une population de délateurs dans un état policier embourbé dans les investigations et les commissions d’enquêtes.

Travaillons sur la culture, les mœurs, l’éthique et le civisme.

Dans nos familles, nos entreprises, nos gouvernements.

Le gros bon sens crie à être entendu.

Oui, je sais, “copié et collé”…. mais l’emphase est réelle !!

“Quand les mœurs et la culture sont fortes,

les lois ne sont pas nécessaires.

Quand elles sont faibles,

les lois ne sont jamais suffisantes.”

Que voulez-vous ?

Que ferez-vous pour réussir ?


Matériel sous copyright © Aliter Concept 2016. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour aider vos amis à penser autrement!

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

La cheville carrée et le trou rond

Depuis quelques années, je travaille avec mes deux fils pendant les vacances d'été...Bon, ok, pendant LEURS vacances d'été, pas les miennes. En tant que président d'une PME en consultation, les étudiants d'été représentent une bonne opportunité de tester les nouveaux produits et services à des coûts relativement bas. !

Plus d'info

Êtes-vous un amateur ou un vrai cuisinier ?

Cuisinez-vous ? Comme cuisinier amateur ou comme chef de renommée mondiale ? Et comme manager ? Êtes-vous un amateur ou un manager professionnel de classe mondiale ? La gestion est d'abord une mentalité et une foi absolue dans l'esprit humain. Aucun livre de gestion ne pourra vous donner la recette miracle. Mais il faut bien commencer quelque part. Comme en cuisine. Un œuf et un "grilled-cheese" avant de faire la mayonnaise parfaite !

Plus d'info

Crise : la solution ne viendra pas d’en haut.

Une récente crise sociale déclenchée par une tempête parfaite. Une situation presque normale dans le climat hivernal québécois : une tempête de neige. Une tempête de neige, comme toutes les tempêtes, accompagnée d’une bonne dose d’imprévus. Après tout, il s’agit d’un système complexe aux paramètres météorologiques difficiles à prévoir malgré la tonne de scientifiques qui s’y affairent. Une chose certaine : il faut se préparer à agir et agir pour se préparer.

Plus d'info

DANGER! La mince ligne entre rigueur et rigidité

Seth Godin est un maître dans l’art de résumer (vraiment pas mon cas avec mes blogues de 2345 mots!). Dans un de ses blogues de 2017, il clarifie tout : La première règle : vous suivez les règles.

Plus d'info

FAKE NEWS : 20% de gens heureux au travail

FAKE NEWS : 20% de gens heureux au travail Oh non… pas encore une statistique déprimante provenant d’une étude exhaustive [...]

Plus d'info