Société émergente ou submergente?

Société émergente ou submergente?

J’ai écrit une série d’articles sur l’infobésité et le besoin de faire le tri.
Nous vivons dans une grande période de turbulence… et pas seulement atmosphère. Si on part de changement climatique à profusion, on devrait aussi parler de changement du climat de travail! Le travail évolue plus vite que le climat! Verrons-nous une accélération catastrophique des conditions de travail comme dans le film « the day after tomorrow »?



L’événement des réseaux sociaux a ouvert une brèche dans le subconscient collectif. Clay Shirky parle de surplus cognitif…. mais l’abondance de vidéos de « minous » sur YouTube m’a fait douter pendant un temps de la pertinence de parler de « cognitif ». 13 800 000 de résultats de recherche en 2015….. rien qu’à y penser, je suis certain que les personnes allergiques aux chats commencent à pleurer et à éternuer! Certains ont plus de 10 000 000 de visionnement!
Mais les « minous » ont aussi apporté un changement profond quant au désir de partager. Le partage est profondément humain. J’utilise l’analogie du partage d’une flamme pour allumer une seconde bougie…ou même plusieurs autres bougies. Cette énergie brute ne diminue pas avec le partage.
Les bonnes idées non plus.
La connaissance non plus.
En fait, dans tous ces exemples, on ne fait que des gains à partager.
Que des gains!
Quelle énorme différence entre notre ère de partage (à outrance dans certains cas) et celle du « Knowledge is Power » du siècle passé!
Je suis toujours désarçonné quand un collègue me raconte certaines conversations qu’il a avec des clients provenant de grandes entreprises. Ceux-ci sont tellement convaincus de leur supériorité, de la grande efficacité de leurs systèmes, du pouvoir du « corporate head office »…et de leur politique de confidentialité, de leur blocage des réseaux sociaux, de leur impossible procédure pour pouvoir assister à des conférences ou même , gulp, présenter à d’autres potentiels « compétiteurs ».
Comme si leurs employés ne pouvaient aller aux toilettes avec leur Smart phone et simplement communiquer avec le reste du monde.
Nous ne sommes plus isolés.
L’infobésité nous guette maintenant, mais… les bénéfices à partager sont tellement plus grands que l’isolation intellectuelle.
Cette vague est inéluctable. On ne peut revenir en arrière.
On ne peut que prédire que tout cela va s’accélérer.
Êtes-vous prêt pour le travail du futur?
Êtes-vous prêt pour le futur du travail?

Pouvons-nous endiguer la révolution qui s’affiche déjà?

Ou simplement se préparer au futur antérieur qui est présent dans notre passé très subjectif?

Matériel sous copyright © Aliter Concept 2015. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

MAIS N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER en utilisant les boutons de partage des réseaux sociaux.

 

Êtes-vous un amateur ou un vrai cuisinier ?

Êtes-vous un amateur ou un vrai cuisinier ? En tant que cuisinier amateur, j’ai acheté beaucoup de livres de recettes… [...]

Plus d'info

Crise : la solution ne viendra pas d’en haut.

Crise : la solution ne viendra pas d’en haut. Une récente crise sociale déclenchée par une tempête parfaite. Une situation presque [...]

Plus d'info

DANGER! La mince ligne entre rigueur et rigidité

DANGER! La mince ligne entre rigueur et rigidité Seth Godin est un maître dans l’art de résumer (vraiment pas mon [...]

Plus d'info

FAKE NEWS : 20% de gens heureux au travail

FAKE NEWS : 20% de gens heureux au travail Oh non… pas encore une statistique déprimante provenant d’une étude exhaustive [...]

Plus d'info

Mesures démesurées

Mesures démesurées Peter Drucker disait : « Si vous ne pouvez le mesurer, vous ne pouvez l’améliorer ». J’aime le concept. [...]

Plus d'info

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau.

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau. Bien que cette situation semble [...]

Plus d'info