L’Homo contactus est arrivé!

L’Homo contactus est arrivé!

Nouvelle ère, nouveau mode de pensée

Harold Jarche a ouvert une nouvelle porte pour moi.

Un article récemment publié sur son blogue a initié une série de pensées dans mon esprit.

Je repense à Rodin et le « Penseur » comme à la vieille façon de penser : solitaire et profond.

Sommes-nous tombés si profond dans une ère des médias sociaux qu’on ne peut plus penser aussi profondément ?

Est-ce que la « vraie » pensée est le résultat de la réflexion solitaire ?

Harold croit que non. Moi aussi.

J’ai récemment utilisé une analogie du cerveau pour expliquer mon point.

Le cerveau est composé de centaine de milliards de neurones et encore plus de cellules gliales, facilitant la connexion entre les neurones. Les connexions entre les cellules neuronales sont principalement aléatoires, chaque neurone se connectant avec au moins 10 000 autres cellules. Aucune neurone ne contient l’information complète. Le réseau neuronal garde de l’espace pour la connaissance.

La nouvelle connaissance est retenue quand le signal est répété fréquemment.

Une expérience avec des mouches à fruits (Proc Natl Acad Sci U S A. 1974 Mar; 71(3): 708–712.Conditioned Behavior in Drosophila melanogaster,William G. Quinn, William A. Harris, and Seymour Benzer) a démontré, il y a des décennies, que même une minuscule mouche à fruit peut apprendre à l’aide d’un stimulus répétitif.

Mais la vraie mémoire apparaît quand un second paramètre est introduit : le repos (Tully T, Preat T, Boynton SC, Del Vecchio M. Genetic dissection of consolidated memory in Drosophila. Cell. 1994;79:35–47). Le repos est nécessaire pour que la synthèse protéique apparaisse. La mémoire à long terme est sensible à la cycloheximide, un stimulateur de synthèse protéique connue, alors que la mémoire à court terme ne l’est pas.

Ok, ok… ça suffit…On en a assez entendu sur mon ancienne vie en tant que biologiste moléculaire.

Je suis maintenant un biologiste organisationnel. Donc, retournons à l’article d’Harold et gardons le dernier paragraphe en tête.

Comment la connaissance émerge-t-elle ?

Penser seul fonctionne. Penser profondément pendant un long moment renforce le stimulus, entraîne des respirations profondes davantage associées avec le repos que l’environnement éducatif d’une classe…plus stressant et pas aussi propice à l’apprentissage que les formateurs en entreprise aiment penser.

Penser seul est un processus long et répétitif. Une personne pense, teste son hypothèse, pense à nouveau et recommence à tester. Toutes les marques d’une connection neuronale se produisent suite à un stimulus. Une mouche à fruits a une abondance de neurones pour utiliser un tel processus.

Un processus lent.

 

L’évolution et l’histoire prouvent cette théorie.

Mais voilà que les ordinateurs, les réseaux sociaux et les satellites apparaissent.

L’Homo contactus est arrivé!

En observant la progression incroyable des réseaux sociaux, on réalise que l’évolution a pris une tournure radicale pour l’humain.


Les premières années de la progression des réseaux sociaux

2001 

1 Mai

Wikipédia, une encyclopédie gratuite que tout le monde peut modifier, est lancée.

Novembre

StumbleUpon, un site web qui recommande du contenu web à ses utilisateurs, connaît ses débuts.

2002

22 Mars

Friendster, considéré le grand-père des réseaux sociaux, est lancé.

Novembre

Technorati, un moteur de recherche pour les blogues, est lancé.

2003

Mai

LinkedIn est lancé. LinkedIn tente d’être connu comme étant une plateforme d’affaires utilisée par les professionnels depuis ses débuts.

23 Mai

WordPress, une plateforme pour écrire des articles, est sorti.

2004

Janvier

Myspace est lancé.

4 Janvier

Google lance Gmail.

Février

Flickr, une plateforme d’images et de vidéos, est accessible

1 Mars

Facebook, un réseau social lancé à Harvard, s’étend aux autres universités.

Octobre

Yelp, un réseau social qui aide les utilisateurs à donner leur avis sur les entreprises locales, est accessible.

5 Décembre

DIGG, un nouveau réseau social, est accessible.

30 Décembre

Facebook atteint 1 million d’utilisateurs. 


La connaissance double à toutes les années. Oh… pas la connaissance, mais plutôt l’information. Différence subtile. Et d’ici provient le coeur du problème.

Comme Niels Pflaeging le mentionne, on a besoin de filtrer l’information des bases de données et de les rassembler sous forme de connaissance. Seulement avec une pensée lente et profonde, on peut espérer trouver un sens.

from data to wisdom

Biiiieen, plus maintenant.

Il y a dorénavant tellement d’informations qu’on ne peut plus réussir seul à trouver un sens. On a besoin de la structure d’un cerveau. Un cerveau relié à plusieurs cerveaux. Un réseau relié à plusieurs réseaux…C’est exactement comment le web fonctionne.

Ray Kurzweil  ne décrit pas l’Intelligence artificielle en tant que Terminator/Pouvoir du Skynet/Grille de connaissance ou un ordinateur de type Matrix, mais comme une connexion de milliards de mini ordinateurs…nos cellulaires et le web.

Nous avons donc déjà une base d’Intelligence artificielle : nos nombreux réseaux, tous interconnectés et réactifs.

Un seul commentaire ou « j’aime » sur Facebook pourrait avoir le même effet que le célèbre effet papillon de Lorenz’.

L’apprentissage et la pensée peuvent maintenant être un élément social.

Et vite.

Et profond!

Aussi longtemps que le processus est bien compris.

Harold a proposé cet outil dans son atelier PKM.  Je pense maintenant au PKM comme étant l’outil le plus essentiel d’un travailleur à l’ère numérique.

Chercher.

Trouver un sens.

Partager.

Et j’ajouterais humblement …répéter!

Chercher, aléatoirement d’abord, comme un neurone qui se connecte à un autre neurone dans son cerveau.

Chercher à travers toutes ses sources d’information.

Chercher des collègues et des pairs avec des intérêts similaires ou des passions différentes et préparez-vous à être surpris.

Chercher pour trouver un sens à cette information. Auparavant, on pouvait se contenter de lire le journal le matin. Et si vous pouviez lire les journaux de milliers de villes ? Ou plutôt, faire confiance à vos collègues pour sélectionner l’information pertinente et vous la transmettre.

Trouver un sens, filtrer et sélectionner à nouveau l’information pour la transformer, à force de répétitions et de diverses interprétations, en connaissance.

Et finalement partager l’information avec votre réseau. Pour aider. Pour coopérer avec le processus de pensée globale. Pour réfléchir davantage et altérer l’idée initiale.

Pour penser.

Rapidement.

Et profondément.

Ensemble.

À répétition.

À nouveau.

Comme les neurones qui cherchent d’autres neurones pour connecter et partager les neurotransmetteurs et solidifier sa connexion à travers le temps.

Aléatoirement.

Connexion.

Temps.

Répétition.

Le cerveau global qui s’étend à travers Internet.

Un seul cerveau n’est pas la source de la connaissance. Aucune organisation ne peut survivre seule. Nous faisons tous partie d’une « symbiote » que Joel De Rosnay nomme écosystème.

Tous connectés.

Et interdépendants.

Ensemble.

L’homo contactus est arrivé!

 

Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2017. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

La grenouille et le tai-chi

La grenouille et le taichi... encore un titre sauté! Pratiquer le tai-chi est un défi. Bien le pratique est un Art! Les opportunités de dévier de la routine prévues sont innombrables. Les opportunités de s'améliorer toutes aussi innombrables.

Plus d'info

L'Homo contactus est arrivé!

L'Homo contactus est arrivé! Nouvelle ère, nouveau mode de pensée Harold Jarche a ouvert une nouvelle porte pour moi. Un article récemment publié sur son blogue a initié une série de pensées dans mon esprit. Je repense à Rodin et le "Penseur" comme à la vieille façon de penser : solitaire et profond.

Plus d'info

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Changement d’huile inutile ? Cours de mécanique organisationnelle requis.

Changement d’huile inutile ? Allez expliquer cela au propriétaire d’une luxueuse Mercedes. Personne ne pourra argumenter que la garantie d’une berline familiale exige des opérations d’entretien pour qu’elle soit honorée. Cela fait partie de contrat entre le propriétaire et le manufacturier. On le sait. Oh, on pourra discuter longtemps sur la réelle fréquence requise par le véhicule et celle exigée par le manufacturier.. et les concessionnaires. Il n’en reste pas moins qu’un entretien déficient entraînera des problèmes à long terme sur le véhicule et des frais additionnels pour le propriétaire si ce dernier ne respecte pas les termes de l’entente de garantie. On le sait. On le sait, mais à l’occasion on étire un peu la sauce et les délais entre les entretiens peuvent, mais alors là vraiment rarement (…) aussi s’étirer. Vous me voyez venir j’espère…

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info