Les communautés de pratique, partie 3

Les 7 raisons pour abandonner un réseau!

…en passant, certaines personnes se sentent visées lorsqu’elles se reconnaissent dans mes commentaires. Loin de moi l’idée de victimiser qui que ce soit! Les points qui suivent représentent un ensemble de raisons résumant plusieurs situations qui ne sont pas nécessairement apparentées les unes aux autres.

RAISON 1- Je ne parvenais pas à parler à assez de gens à chaque fois.

RAISON 2- À chaque rencontre, je me trouvais seul ou presque après l’événement (conférence ou atelier). Les gens se sauvaient dès l’événement terminé!

RAISON 3- L’organisation était déficiente : pas de stationnement, endroit difficile à trouver, mon nom n’était pas sur la liste, le nombre de places était limité, etc.

RAISON 4- Pas assez de temps pour profiter de la collation… Oh vous allez dire que la bouffe est accessoire, mais lorsque vous finissez le boulot à 17:00 et arrivez à l’évènement à 18:00, la bouffe est loin d’être accessoire!

RAISON 5- Le matériel imprimé était absent ou remis par internet 2 mois plus tard.

RAISON 6- Aucune activité n’était mise en place pour le réseautage. Chacun-pour-soi. Vite, trouvez-moi des amis… Ah… Voici Jean-Paul! Lui, au moins, je le connais!

RAISON 7- La liste des membres… quelle liste?

Si on prend un pas de recul, on peut en extraire quelques éléments clés pour mieux réussir l’organisation de rencontre de communautés de pratique. En se basant sur les 3 axes mentionnés au numéro précédent, on peut identifier des pistes de résolution.

L’Axe social : l’engagement des membres

Une rencontre de communauté de pratique DOIT permettre l’échange entre les membres. Une activité trop courte aura pour effet de pressuriser les membres et de limiter les interactions. Un évènement incluant trop de choses aura le même effet.

Je déteste les 5-à-7! Je me sens constamment déchiré entre la petite famille qui grandit à vue d’oeil et qui quittera le nid familial un jour et les occasions d’affaires qui semblent si volages. Les 5-à-7 sont donc une source de frustration. Et si je me fie au nombre de personnes qui partent précipitamment à 19:00 ou 20:00, je ne suis pas le seul! Attirer les gens avec un conférencier de renom vous garantira une assistance stable… jusqu’aux applaudissements! Ensuite, c’est Houdini qui prend le dessus. Disparition dans un nuage de fumée… Les verres à café restent même sur les tables, tournant un temps sur leur base!

Trop courts et trop tard!

Engagement social? Pourquoi ne pas organiser une rencontre pendant les heures normales. Ceux qui se présentent sont nécessairement plus engagés. Une décision est prise. Mon réseautage vaut le déplacement et l’investissement de temps. Et la vie familiale n’en est pas affectée.

Question de priorités. Le réseautage d’affaires est une affaire professionnelle. La vie personnelle est une autre affaire. Sachons faire la part des choses.

Le réseautage maintenant.

Planifier un repas qui nécessite un défi d’équilibriste est également à proscrire. La coupe de vin dans une main, l’assiette dans l’autre et la fourchette… euh… un instant, je dépose ma coupe… une petite bouchée avec la main libre et hop! une main à serrer… un instant… je m’essuie la main et je vous reviens. Enchanté et affamé!

Évitez les sauces!

Laissez le temps à vos invités de manger.

Laissez à vos membres le temps de se parler… après le repas!

Mieux, planifiez des activités de reconnaissance et d’échange. Le réseautage est spontané chez moins de 5% des gens. Ces derniers sont passés maîtres dans l’art d’entreprendre une conversation, d’échanger une carte d’affaires et de faire un suivi focalisé le lendemain. Pour tous les autres, on oublie la plupart du temps d’apporter ses cartes professionnelles, de les échanger et de prendre de courtes notes discrètes au verso. Et on oublie le nom des autres participants plus vite que le temps qu’il ne faut à une libellule pour s’écraser à vive allure sur votre pare-brise!

Allons bon, j’en suis déjà la la fin de ma page!

Petit devoir

Lors de votre prochaine réunion de communauté de pratique, que vous soyez un participant ou un organisateur, surveillez les choses suivantes :

A-  Avez-vous le temps de rencontrer les nouveaux membres?

B- Vous donne-t-on l’occasion de faire connaissance de manière plus active avec les participants?

C- Avez-vous le temps de manger sans vous faire bousculer?

Par François Lavallée, M. Sc.

 


* Pour lire les autres articles de la série sur les communautés de pratiques

* Hyperlien des autres articles de la série
http://www.aliterconcept.com/blog/aliter_sensa/les-communaute-de-pratique-partie-1/
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/les-communautes-de-pratique-partie-2/
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/les-communautes-de-pratique-partie-3/
http://www.aliterconcept.com/blog/communaute-de-pratique/communaute-de-pratique-4/
http://www.aliterconcept.com/blog/communaute-de-pratique/communaute-de-pratique-5-l-essouflement/
http://www.aliterconcept.com/blog/aliter_sensa/communaute-de-pratique-virtuelle-ou-reelle-6-suite-et-fin-dune-serie-publiee-en-2009/

 

* Quelques autres…
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/communautes-de-pratique-en-changement/
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/la-pompe-a-eau/
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/partenariat-dapprentissage/
http://www.aliterconcept.com/blog/non-classe/tribu/


 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Mesures démesurées

Peter Drucker disait : « Si vous ne pouvez le mesurer, vous ne pouvez l’améliorer ».

Plus d'info

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau.

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau. Bien que cette situation semble [...]

Plus d'info

Les structures dissipatives et la conformité

Les structures dissipatives et la conformité. Certains de mes lecteurs assidus et quelques admirateurs (ben oui, j’en ai…) me trouvent un peu (un peu petit peu)… disons… "out of the box" (restons poli !).

Plus d'info

Cet hôpital a payé 2000$ pour un support à crayon !

Simplement en ne comprenant pas la cinquième discipline des organisations. Peter Senge a écrit, en 1991, sur le sujet des disciplines des organisations intelligentes. L’esprit d’équipe, le souci de développement du personnel, les modèles mentaux, la vision commune et finalement la pensée systémique. Cette pensée systémique que la plupart des organisations tentent de fragmenter par des processus compliqués basés sur des procédures rigides et nombreuses.

Plus d'info

Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.