Inconfiance collective

La croisade contre l’évidence. Nous avons tous des problèmes de qualité. Soyons plus délicats, nous avons tous des défis au niveau de la gestion de la qualité et de la qualité de nos produits. Que nous en soyons directement responsables ou non, ces défis sont là. Tout à fait normal. Rien de nouveau sous le soleil comme le disait Camus!

Et malheureusement, notre propension à nous fermer les yeux devant ces problèmes n’est pas nouvelle non plus. Sans parler de cacher ou de dissimuler et encore moins de frauder ou de falsifier l’information, plusieurs d’entre nous hésitent à parler franchement de leurs « problèmes » avec les collègues et encore moins avec des pairs des autres compagnies! HORREUR!

Avouer ses fautes?

JAMAIS!

Et pourtant…

Fort de mon expérience avec plusieurs groupes professionnels participant à des communautés de pratiques, un fait ressort plus que tous les autres lors de nos rencontres : le besoin de partager.

Partager ses bons coups bien sûr… mais bizarrement, les gens qui participent à des communautés de pratiques sont davantage enclins à partager leurs préoccupations que leurs bons coups! Le besoin d’aller chercher des points de comparaison est si puissant que la crainte de jugement s’estompe rapidement quand la confiance est établie. L’échange qui s’en suit est riche, riche, riche…

La grande conclusion qui s’impose à tous :

NOUS AVONS LES MÊMES PROBLÈMES!

Oh, les noms de produits changent, mais les causes restent très semblables :

Un rappel par ci, un rejet par là.

Manque de motivation du personnel : « Et pourquoi JE le ferais? »

Une validation bâclée ici, un contrôle de changement manquant par là.

Manque de compétence du personnel : « Qui a laissé JH seule la nuit passée? »

Un chef de projet trop « green » par ici, une « green belt » déconnectée par là.

Manque de formation technique chez les opérateurs : « Il a nettoyé les poinçons avec quoi?! »

Attentes mal comprises avec les services informatiques : « Oh non, pas une nouvelle version de Windows… Vista?!!!! Et windows 7… en 2013!!?!! »

Problèmes de fournisseurs : « Un audit où? En Afrique?! »

Difficulté de faire front commun entre les services AQ et production, ingénierie et production, RH et AQ, etc. Les services deviennent des sévices!

Et tous ça sort ouvertement pendant les brèves discussions entre pairs de différentes compagnie.

La conformité se discute souvent mieux entre pairs qu’entre collègues. Pourquoi? À cause du manque d’écoute? Par peur d’être jugé? Pour les conséquences à long terme? Par manque de confiance….

Le manque de confiance est à la base de nombreux problèmes de conformité. Pourquoi se taisent les employés lorsqu’un problème arrive? À cause des réprimandes envisagées. Les gestionnaires étant de moins en moins présents sur le « plancher » des opérations, ces derniers ne se sentent plus assez en contact avec le quotidien pour bien comprendre certaines situations. Les employés, peu enclins à communiquer avec un « boss » qui n’est pas là, se sentiront bien mal placés pour discuter d’une situation problématique.

Exagéré? Vous devriez voir le genre de commentaires que les employés partagent avec moi lorsque nous discutons ouvertement des causes potentielles de fraudes et de falsification! Peur du boss, peur de se faire congédier, pression du patron à faire tout plus vite au détriment de la conformité… à l’occasion. Ces choses-là surviennent encore…

Et la même chose se produit au niveau au-dessus! Les superviseurs craignent d’en parler à leur chef qui n’osent pas en parler aux directeurs qui n’ont que de bonnes choses à communiquer au directeur d’usine ou au vice-président opération et AQ! Un mythe? Allez vérifier…

Aucune surprise donc de voir des gens du même niveau hiérarchique de diverses compagnies se confier l’un à l’autre, discrètement et moins discrètement, à propos des « défis » de conformité qu’ils rencontrent mutuellement. Les MÊMES défis, à peu de choses près.

Le respect de la conformité devrait être une affaire de gros bon sens. Tout le monde est d’accord. À la lecture des Bonnes Pratiques de Fabrication, on ne peut que se surprendre de la simplicité de bon nombre d’articles. Pas tous! Mais la plupart.

On se surprend également de réaliser à quel point peu de gens ont lu attentivement le petit livre des règlements… Ce n’est pas un blâme mais une constatation. Trop peu de superviseurs l’ont lu, trop peu de chefs l’ont lu, trop peu de directeurs l’ont lu. Lu pour comprendre et non simplement pour dire « Lu et signé ».

On s’attend peut-être à trop de nos collègues… La lecture approfondie des Bonnes Pratiques de Fabrication nécessite des efforts, du temps et de la réflexion. Nos collègues qui ont lu rapidement n’ont peut-être pas la même motivation que les gens en AQ… ou ne sentent-ils pas le même besoin? Ou encore, n’osent pas exprimer le besoin d’en savoir plus, par crainte de représaille? Non…

Toujours est-il que le besoin de comprendre mieux et d’en savoir plus s’exprime rapidement lors des rencontres en communauté de pratique… Là où le désir de partager et d’échanger est le mandat premier, là où la confiance s’installe promptement. Pourquoi alors ne pas créer un environnement semblable à l’interne? Un lieu où les règles de base sont claires et non menaçantes? Communications ouvertes, pas de censure, pas de représailles…

Peut-être me fais-je des idées… encore une fois… mais je me plais à imaginer un futur pas si lointain où les individus pourront se dire les vraies choses non pas pour blesser, mais pour avancer tous ensemble vers une conformité soutenue, une conformité qui fait partie des Bonnes Pratiques de Faire les choses de la bonne façon…

Un monde dans lequel les employés ne baignent pas dans une « inconfiance collective ».

Ça me rappelle deux citations :

« La collaboration, c’est moins de MOI et plus de NOUS. »

« Seul, on va plus vite. ENSEMBLE, on va plus loin. »

Ouais…

Par François Lavallée, M. Sc.

 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

L'Homo contactus est arrivé!

L'Homo contactus est arrivé! Nouvelle ère, nouveau mode de pensée Harold Jarche a ouvert une nouvelle porte pour moi. Un article récemment publié sur son blogue a initié une série de pensées dans mon esprit. Je repense à Rodin et le "Penseur" comme à la vieille façon de penser : solitaire et profond.

Plus d'info

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Changement d’huile inutile ? Cours de mécanique organisationnelle requis.

Changement d’huile inutile ? Allez expliquer cela au propriétaire d’une luxueuse Mercedes. Personne ne pourra argumenter que la garantie d’une berline familiale exige des opérations d’entretien pour qu’elle soit honorée. Cela fait partie de contrat entre le propriétaire et le manufacturier. On le sait. Oh, on pourra discuter longtemps sur la réelle fréquence requise par le véhicule et celle exigée par le manufacturier.. et les concessionnaires. Il n’en reste pas moins qu’un entretien déficient entraînera des problèmes à long terme sur le véhicule et des frais additionnels pour le propriétaire si ce dernier ne respecte pas les termes de l’entente de garantie. On le sait. On le sait, mais à l’occasion on étire un peu la sauce et les délais entre les entretiens peuvent, mais alors là vraiment rarement (…) aussi s’étirer. Vous me voyez venir j’espère…

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

La cheville carrée et le trou rond

Depuis quelques années, je travaille avec mes deux fils pendant les vacances d'été...Bon, ok, pendant LEURS vacances d'été, pas les miennes. En tant que président d'une PME en consultation, les étudiants d'été représentent une bonne opportunité de tester les nouveaux produits et services à des coûts relativement bas. !

Plus d'info

Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.