L’ingénierie de la performance et la gestion de la qualité

Je vous posais la question suivante en vous invitant à y répondre en ligne :

Ma performance au travail serait plus grande si…

  1. Je connaissais les attentes exactes de mon poste, j’avais plus de rétroaction et un meilleur accès à l’information
  2. J’avais de meilleurs outils et ressources pour faire mon travail
  3. J’avais de meilleurs incitatifs, financiers et non financiers, à faire mon travail
  4. Je recevais davantage et de meilleures formations
  5. Mes caractéristiques et habiletés personnelles correspondaient plus à mon emploi
  6. J’avais une meilleure attitude et voulais vraiment mieux faire mon travail

 

Répondez en ligne et je partagerai les résultats dans quelques semaines.

Extrait du dernier billet

« Le créateur de ce test, Thomas Gilbert, a travaillé sur ce qu’on appelle aujourd’hui le HPI, Human Performance Improvement,

En étudiant les résultats de cette simple question, il en est arrivé à la conclusion suivante : 75 % des problèmes en entreprise [je vous révélerai les résultats complets dans les prochains articles….tease, tease!!!] sont causés par… l’entreprise et le contexte organisationnel et NON l’individu.

Plus important encore, environ le tiers (35%) de tous les problèmes rencontrés dans les organisations sont dus au fait que les attentes envers les employés ne sont pas claires. »

 

Voici donc les résultats pour les autres catégories :

  • Environ 25 % pour le manque de ressources
  • Environ 15 % pour le manque d’incitatif
  • Environ 10 % pour le manque de formation
  • Environ 8 % pour le manque d’appariement (le “fit”) entre vous et votre poste
  • Et finalement, seulement 7 % pour le manque de motivation.

Calcul rapide :

  • Manque de direction et de vision
  • Manque de ressources pour accomplir la vision
  • Manque de reconnaissance
  • 75 % des problèmes de performance organisationnels
  • Manque de formation
  • Mauvais processus de recrutement et de promotion
  • Faible mobilisation des troupes
  • 25 % des problèmes de performance liés aux personnes

 

Conclusion :

Quels sont les rôles et responsabilités des gestionnaires dans la performance ?

  • Fournir une direction CLAIRE et sans ambiguïté en communiquant souvent et efficacement.
  • Fournir les ressources et justifiant les budgets nécessaires.
  • Reconnaître le travail de façon appropriée [les bons ET les moins bons coups!!].

Où est le problème, alors ?

Le temps ?

Quand un gestionnaire peut-il accomplir ces trois choses, s’il passe le plus clair de son temps en réunions avec d’autres gestionnaires ?

Comment peut-il communiquer ses attentes lorsqu’il/elle passe du temps à préparer des graphiques avec les “chiffres” du mois en pensant que ces “chiffres” seront assez éloquents pour éviter de planifier des rencontres avec l’équipe qui en a tant besoin ?

Combien de temps les gestionnaires passent-ils à remplir les innombrables formulaires et autres exigences administratives dont l’utilité est souvent inversement proportionnelle à leur volume ?

 

Le temps…

 

Combien de temps est-il gaspillé à des activités et des tâches qui nous éloignent de notre mission première ?

 

La mission de toute entreprise ou organisation se résume à :

“Offrir un produit ou un service spécifique pour satisfaire un besoin spécifique d’une clientèle spécifique.”

Le profit est le résultat de la capacité de l’entreprise ou de l’organisation à remplir sa mission.

Le profit est le résultat et NON la raison d’être de l’entreprise.

Chaque tâche ou activité devrait répondre à la mission et avoir une raison d’être en ligne avec cette mission.

Chaque projet, ou description de poste devrait avoir des attentes en ligne avec cette mission.

Les ressources devraient être allouées en fonction de leur contribution à l’atteinte de l’objectif, de la mission.

Les incitatifs et la reconnaissance devraient aussi être en lien direct avec la mission, la raison d’être de l’entreprise/de l’organisation.

 

Je vous invite à vous poser les questions suivantes :

 

  • Les objectifs des projets en cours sont-ils alignés à la véritable mission de votre organisation ?
  • Communiquez-vous efficacement et clairement vos attentes à vos employés ?
  • Communiquez-vous fréquemment à vos employés vos attentes et les objectifs de votre organisation ?
  • Y croyez-vous vraiment ? Assez pour en parler de façon motivante ?
  • Supportez-vous vos employés dans l’atteinte de ces objectifs? …En allouant ressources et budgets en conséquence ?
  • Avez-vous clarifié avec vos employés leurs niveaux d’imputabilité ET d’autorité? Quelles initiatives et limites de champs d’action leur sont-elles attribuées ?

En d’autres termes :

  • Combien peuvent-ils dépenser SANS vous demander permission ?
  • Quelles décisions peuvent-ils prendre SANS votre consentement ?
  • Quel genre d’erreurs êtes-VOUS prêt à accepter sans les réprimander, mais en prodiguant du coaching et du support pour les éviter à l’avenir ?

Pensez aussi aux choses suivantes :

  • Comment remerciez-vous vos employés ?
  • Comment leur témoignez-vous votre reconnaissance de les avoir comme collègues ?
  • Comment faites-vous votre suivi lorsque les projets n’avancent pas au rythme attendu ?
  • À quelle fréquence faites-vous des suivis systématiques et objectifs avec eux ?
  • Avez-vous clarifié les conséquences des retards, des écarts, des plaintes et autres déviations en regard des attentes ?
  • Êtes-vous conséquent avec vos attentes ?
  • Est-ce que vos bottines suivent vos babines?

 

Si toutes ces questions trouvent réponse rapidement dans votre tête : BRAVO !

Si toutes ces réponses sont disponibles par écrit et font partie des mœurs de votre organisation : BRAVO au cube !

 

Si vous ne pouvez répondre à plusieurs de ces questions, je vous suggère une pause de quelques heures ou de quelques jours pour y penser sérieusement.

 

Rappelez-vous : 75 % des problèmes de performance sont associés à l’organisation et non aux individus.

L’organisation, c’est d’abord l’équipe de gestion.

Et la gestion de la qualité passe par la qualité de la gestion.

Par François Lavallée M. Sc.

 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Mesures démesurées

Peter Drucker disait : « Si vous ne pouvez le mesurer, vous ne pouvez l’améliorer ».

Plus d'info

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau.

Elle a préféré « investir » dans un silencieux plutôt que de soigner son cerveau. Bien que cette situation semble [...]

Plus d'info

Les structures dissipatives et la conformité

Les structures dissipatives et la conformité. Certains de mes lecteurs assidus et quelques admirateurs (ben oui, j’en ai…) me trouvent un peu (un peu petit peu)… disons… "out of the box" (restons poli !).

Plus d'info

Cet hôpital a payé 2000$ pour un support à crayon !

Simplement en ne comprenant pas la cinquième discipline des organisations. Peter Senge a écrit, en 1991, sur le sujet des disciplines des organisations intelligentes. L’esprit d’équipe, le souci de développement du personnel, les modèles mentaux, la vision commune et finalement la pensée systémique. Cette pensée systémique que la plupart des organisations tentent de fragmenter par des processus compliqués basés sur des procédures rigides et nombreuses.

Plus d'info

Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.