Les 3 Noëls

Noël approche.

Encore.

Le 25 décembre plane au-dessus de nos têtes et l’enchantement d’antan, la merveilleuse aura que nous ressentions tous à une époque plus ou moins reculée, semble vouloir s’estomper progressivement dans un blizzard de consommation de dernière minute et d’empressement à préparer le repas aux multiples convives. Ou les multiples repas aux multiples convives, tous plus excitants les uns que les autres.

Bon, bon, un vent de pseudo négativisme souffle sur le clavier…

Mais non! Noël demeure une grande occasion de célébrer et de raviver les relations!

C’est la raison pour laquelle il faut penser aux 3 Noëls!

Noël #1 : Le professionnel

Party de bureau, dîner de Noël, 5-7 de fin d’année, un rendez-vous social presque obligé, source de quelques appréhensions et de potentielles discussions intéressantes. Inépuisable réservoir de situations catastrophiques aux lourdes conséquences sur la carrière ou la relation de couple mais aussi un moment de pur plaisir professionnel. C’est une rare opportunité de parler avec des collègues des autres services, de jaser de choses et d’autres, de trouver des points communs entre les individus, points communs souvent occultés par les trépidantes obligations professionnelles et les dates de tombées qui s’accumulent.

C’est aussi le signal du début du temps des fêtes! Souvent le premier party et, en tant que tel, moins sujet à la critique et à l’épuisement gastrique et à la culpabilité du tour de taille.

Noël #2 : Le social, aussi appelé le Réveillon

Celui que les enfants attendent depuis quelques semaines en guettant le sympathique bonhomme à barbe blanche. Celui qui nous fait courir les magasins et surfer le web à grande vitesse pour trouver le cadeau ou la babiole qui plaira le plus (ou déplaire le moins) au beau-frère, la nièce, la belle-mère et tout le reste. Trouver les présents pour les enfants n’est plus un problème : Ils ont des idées plein la tête! La perle rare pour la conjointe est un défi un peu plus délicat… Conservez vos reçus de caisse pour le potentiel échange!

La soirée approche. La soirée est là! Les enfants sautent et dansent (ou végètent, la manette de PlayStation à la main!) et demandent à grands cris l’heure de l’arrivée du bedonnant bonhomme bonasse à la barbe blanche. Finalement, un peu à bout, les parents cèdent et la distribution commence. Le repas qui suit pâlit un peu face à l’excitation des cadeaux et de la montagne de papier d’emballage recyclé (pression sociale oblige), vestige d’un autre grand moment de consommation à outrance.

Oui, la soirée fut agréable. Un peu bruyante mais agréable. Un certain rapprochement entre les invités. Pas trop d’alcool (4-9 consommations par semaine sont acceptables selon les gourous de l’alimentation… Oui mais pas le même soir!). Les grands-parents sont heureux d’avoir revu les enfants et les petits-enfants. Les parents ressentent une certaine fatigue en cette fin d’année accompagnée de menace de récession, de fusions et de fermetures d’usines mais somme toute, le plaisir simple de la rencontre familiale a pris le dessus sur tout le reste. Les enfants sont au septième ciel et généralement satisfaits de leurs cadeaux.

Et la soirée est finie. Vivement le lit.

Et le troisième Noël?

Noël #3 : Le familial.

Celui qu’on oublie à l’occasion.

Le Noël du recueillement et de la réflexion. Le précieux temps qui vient après les partys, les rencontres, les fêtes à grand déploiement. Celui qu’on passe en famille, avec les enfants qui s’amusent avec leurs nouveaux jeux ou jouets, ou seuls entre conjoints, à contempler longuement les présents reçus la veille, à lire lentement un roman en sirotant une tisane ou un café au lait. Un temps passé à ne rien faire et à réfléchir au plaisir de ne rien faire pour un temps.

Ce Noël où on se surprend à penser à tous ceux qui n’en ont pas.

Ce Noël où on se rappelle enfin que les cartes de Noël ne sont pas encore à la poste ou n’ont pas encore été achetées!

Ce Noël où on se demande encore une fois qui a été oublié lors des envois massifs de courriels de voeux ou de cartes électroniques.

Ce Noël où on se pose la question : Qu’est-ce que Noël, finalement?

Pour ma part, je choisis le troisième. Retour aux sources. Et si vraiment j’avais le choix (car on s’entend tous pour dire que les 2 premiers Noëls sont, disons, un peu (!) obligatoires…), je me limiterais à ce dernier.

Suis-je unique dans cette position? Ou alors est-ce que plusieurs personnes ressentent cette lourdeur de fin d’année, chaquee année? Oh, loin de me plaindre, cette année 2010 a été riche de rebondissements, d’expériences, de nouveaux clients, de projets excitants et stimulants, plus que jamais auparavant, mais cette frénésie n’a-t-elle pas un impact insidieux sur nos relations? Pourquoi donc un aussi grand nombre de gens me répètent-ils que le retour aux vraies valeurs tarde à venir malgré leur profond désir de le vivre?

J’ai décidé d’écrire ce billet plutôt que de contribuer à la croissance de la population de cartes sur les lamelles de stores horizontaux. Tout en restant écolo et fidèle à mon désir de faire les choses différemment! Mon contact avec les gens qui liront ce courriel devrait être conforme avec le genre de lien que j’entretiens avec eux : honnête, sans prétention, direct et transparent. Si la lecture de ce billet est le seul contact que nous avons eu en 2010, eh bien soit! Le tourbillon des obligations m’a fait négliger quelques personnes, bien malgré moi. Je pense à Dominique et Dominique, Alain, Alain et Alain (ben oui, il y en a plus d’un), Sophie, Germain, Jafaar et Annie, Claudia et plusieurs autres. Je ne peux que ressentir un peu de culpabilité en pensant à vous.

En sélectionnant spécifiquement les noms de mon carnet d’adresses et de mes contacts Linkedin, je n’ai pu que m’étonner du nombre de personnes avec qui j’aurais aimé avoir une conversation en 2010. Étonné aussi de voir la négligence qui afflige mon réseau de contacts. À quoi sert de connaître tant de gens si on ne peut avoir une vraie relation? Oh, ça y est , je m’égare sur « the meaning of life »!

Vous lisez ce billet encore une fois cette année parce que je me pose toutes ces questions. J’ai reçu plus de commentaires sur un billet similaire en 2009 que pour n’importe lequel de mes 200 autres billets. Il semble que j’aie visé juste. Est-ce la sagesse qui perfuse lentement à travers mes billets ou simplement un retour d’âge? À vous de juger!

Mes meilleurs voeux pour cette période des Fêtes qui approche et pour l’année 2011 qui suivra.

Par François Lavallée, M. Sc.

 

L’appel à l’Action

Pour plus d’information sur la contribution volontaire cliquez ici
Les 4 options suivantes sont des abonnements à renouvellement automatique. Vous pouvez interrompre le renouvellement en me contactant.


Choix d’abonnement



 

Cette option ne se renouvelle pas automatiquement.

Contribution volontaire par article : 0,99$, cliquez ci-dessous.




Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.