Consolider son réseau

Depuis le mois de mars 2020, le monde vit une tragédie. Oh, oui, il y a le virus de la COVID. On en parlera longtemps.

Au-delà de cette terrible maladie et le nombre de morts , de souffrances et des effets à long terme de la COVID longue ou des tensions entre les vaccinées et les non-vaccinés, je remarque qu’une tragédie invisible se profile .

Celle de l’isolement.

Pas à cause des vidéoconférences qui ont été somme toute salvatrices. Non , je parle de l’isolement réel dont de nombreuses gens ont pris conscience. Celui dont trop de personnes sont affligées.

Combien de fois ai-je contacté des proches , des collègues, des connaissances et même des contacts sur les réseaux sociaux quand je sentais qu’un coup de fil ( ou de zoom) aurait fait du bien? Je n’ai aucun problème à lancer une invitation pour parler, discuter ou simplement à écouter ( oui, j’en suis capable malgré mon verbiage rapide et intense!). Quand l’invitation était directe ( j’appelais!) nous avons eu d’intéressantes conversations, courtes ou longues. Dans certains cas, une seule conversation suffisait  pour consolider le lien qui nous unissait. Dans d’autres cas, plusieurs conversations furent nécessaires. Dans d’autres cas encore, cette conversation a confirmé que le lien n’existait plus. OU n’avait jamais existé. Dans certains  cas, mon offre de contact direct via un courriel, un sms ou un message sur les réseaux sociaux est restée sans réponse.

De plus, après 2 ans très intenses, occupés à répondre aux besoins de mes clients sur Zoom j’ai un peu ralenti mes premiers efforts de recontacter les gens. 

Et surprise…malgré  ce que j’entends ( perte de contrats, ralentissement des mandats, fermeture, congédiement, etc.) je ne reçois pas de demande de coup de fils ou de zoom.

Première réaction : personne n’a besoin de jaser.

Deuxième  réaction: personne n’a besoin de jaser avec moi!

Troisième réaction…j’ai tendance à me faire des petites vues bien vite : personne ne m’aime!

Quatrième réaction : ( je suis un puits sans fond de scénario) : et s’il y avait une autre raison…

Et si les gens avaient perdu le réflexe de demander de l’aide  ou de s’appeler simplement pour jaser …ou si , oh non, les gens avaient perdu le réflexe d’interagir en direct… On dit que les  réseaux sociaux, phénomène très récent dans l’histoire de l’humanité, avaient progressivement ( mais très rapidement) incité les gens à communiquer de façon asynchrone et leur avait inculqué que laissé un émoticon 🙂ou un “like” 👍 suffisait comme interaction ? Quand je vois des appels de vidéoconférence où des participants éteignent leur caméra, je fulmine. On est déjà loin l’un de l’autre, faut-il en plus tolérer une caméra éteinte? Je vois aussi trop d’annulations (voir ma série sur l’essence de la performance)

Je lance des rencontres gratuites en Zoom ou en face à face depuis mars 2021 pour permettre à mes participants de consolider leurs acquis  et approfondir les concepts présentés pendant les évènements d’apprentissage et de développement que j’organise. J’ai fait des contacts avec un auteur extraordinaire , Johnnie Moore, qui a écrit sur un concept intéressant quoique pas nouveau du tout…les conversations pas pressées , Unhurried at work. 

J’ai acheté 100 livres à l’auteur pour les distribuer pendant mes évènements de 2021. Tout le monde a aimé le concept.

Combien de personnes se sont présentées à ces rencontres gratuites?  Un total de 5 sur un potentiel de plusieurs dizaines.

  • Pas le temps!
  • Mauvais timing!
  • Ok, ok… mais je sens aussi 
  • Pas le goût
  • Pas d’intérêt?
  • Pas de valeur?

Que se passe-t-il?

D’un côté, les observations mentionnées ci-haut. De l’autre, la course aux contacts sur Facebook, LinkedIn Tik Tok, Instagram et j’en passe. Bin oui, parce qu’en même temps les gens veulent plus de contacts pour élargir leurs réseaux virtuels, mais négligent outrageusement les opportunités de s’engager dans une relation.

Car un réseau, c’est avant tout une relation.

Mary Parker Follet disait justement qu’aucune relation ne serait être initiée avec un objectif sous-jacent autre que celui de connecter, d’entrer en relation. Combien de fois avez-vous initié une conversation juste pour entrer en relation et non avec un objectif d’affaires ou pour soutirer subtilement (ouais, pas toujours subtilement) de l’information? Combien de fois avez-vous simplement pris une chance pour entrer en contact avec un ou une inconnu/e à un congrès?

Je m’amuse d’ailleurs à aller voir les personnes seules dans les congrès  Je m’approche et je les salue. Ils sont toujours un peu surpris… Ensuite je les invite à venir avec moi pour rencontrer une autre personne seule… on s’approche ensemble de cette personne et je lance une conversation du type : pourquoi êtes vous ici? Et je vais chercher une troisième personne pour qu’elle se joignent à ce duo.

À chaque fois les gens sont surpris et contents de faire des contacts… sans avoir à les initier!

Bizarre? 

Je fais la même chose lors de MES évènements… les gens restent agglutinés entre collègues Je les invite à allez voir des gens qu’ils ne connaissent pas… oh, que c’est difficile! Je fais la même chose depuis des années  : les habitués à mes évènements le savent et se prêtent au jeu facilement… avant même que je les «invitent» (ok que je les force!) à le faire.

Pas facile le réseautage 

On a perdu le goût, on a perdu le réflexe de le faire! Il n’y a pourtant aucun danger !

J’utilise à l’occasion des outils pour faciliter les contacts (imaginez-vous donc que le sujet favori de prise de contact est encore la température!) : des learning chips! J’ai aussi développé un atelier pour faire comprendre l’importance des réseaux à mes participants. Je l’ai utilisé en ligne et en face à face. Un peu compliqué en ligne, mais écrivez-moi pour le modus operandi si ça vous intéresse.

J’appelle cet exercice le défi Tensegrity.

Buckminster Fuller

 

Tensegrity est un concept inventé par Buckminster Fueller

Un modèle Tensegrity complexe

Une mélange de tension et d’intégrité. Je ne sais pas comment mes neurones interagissent, mais j’ai vu ici un lien direct avec les réseaux de connaissances.

En anglais on parle de knowledge network, mais en français, connaissance veut aussi dire relationship… une des rares fois ou le français est plus puissant que les fameux acronymes américains!

 

 

 

 

Donc un «knowledge network» ou une saine tension existe entre les éléments qui composent le réseau. Cette tension tient le réseau ensemble dans sa forme initiale. L’intégrité des élastiques entre les éléments garde la forme et apporte de la résilience. 

Oui on peut le laisser tomber, l’écraser, le saisir farouchement ou gentiment, le tensegrity résiste! En fait c’est aussi un jouet d’enfant pour aider à développer la motricité des doigts.

Une version plus sophistiquée est disponible dans le magasin de jouets et sur le site dont il ne faut pas prononcer le nom.

L’exercice est très frustrant en passant. Les gens regardent le vidéo explicatif et tentent d’assembler le tout. Environ 30 % des gens réussissent.La plupart abandonnent rapidement.

Mais à ce moment, l’apprentissage commence…

  • Qui ose demander de l’aide à ses voisins sur la façon de s’y prendre? Personne.
  • Qui ose collaborer pour réussir ensemble à tenir les morceaux et les élastiques sans qui, oui, ça nous saute au visage? Bien peu. (Évidemment ceci s’applique à la version en salle)
  • Quand je dis aux gens de travailler par table de 3-5, personne ne collabore avec les tables «adverses»
  • Ceux qui réussissent avant les autres se croisent souvent les bras en regardant les autres peiner de longues minutes… sans offrir de l’aide.

Et je n’ai jamais dit que c’était un concours!

Oui, oui, nous sommes tous des joueurs d’équipe… bien malins ceux qui diraient le contraire pendant une entrevue!

Viennent ensuite les illuminations et les épiphanies.

1— Pas facile à assembler la petite bébelle innocente… un réseau de connaissance non plus.

2— Pas facile à équilibrer la petite bébelle innocente… certains élastiques tirent plus que les autres et déstabilisent la structure… même chose pour les réseaux

3— À l’occasion la petite bebelle innocente nous saute au visage alors que nous pensions avoir stabilité le tout… les réseaux aussi.

4— Lorsque tout est balancé alors oui, la structure est résiliente… les réseaux aussi!

5— Lorsque un ou plus plusieurs des éléments éclatent, le réseau perd son intégrité… la petite bébelle innocente aussi!

En fait, on remarque qu’il ne faut que quelques connexions brisées pour vraiment nuire à l’intégrité du réseau! Pensez au départ d’un collègue au sein d’un groupe de travail…

 

La différence entre des connexions aisées et d’autres plus difficiles

6— La différence entre un assemblage aisé et un autre plus pénible tient à peu de choses, mais toujours des détails… il s’agit que les espaces d’ancrage soient plus serrés ou plus éloignés de quelques millièmes pour que le lien ne soit trop relâché ou trop serré pour vraiment offrir de la résilience à la structure… ah tiens… un peu beaucoup comme les relations d’un réseau…

 

On pourrait aussi parler des élastiques, leur longueur, leur largeur, leur force tensile etc., et les comparer aux relations entre les gens d’un réseau…

Un exercice bien simple, mais lourd d’apprentissages et de réflexions.

 

 

 

Je conclus en mentionnant cette citation


La force du réseau

ne réside pas

dans les éléments individuels,

 mais dans la relation entre eux


Les bouts de bois, les éléments sont les personnes.

Les élastiques sont les relations…

Alors qu’on ne peut jamais changer les gens, on peut toujours modifier les relations entre eux. Un conférencier demandait au jour à son auditoire quel pourcentage de responsabilité du succès d’une relation vous attribuez-vous? Tout le monde a répondu 50 %. Bien sûr!

Sauf que la réponse est fausse!

Nous sommes tous responsables à 100 % de la relation avec autrui. Si on assume que l’autre a une responsabilité, nous serons enclins à attendre un juste retour des efforts. Il n’en est rien. Nous sommes tous responsable à 100 % de notre relation avec l’autre. On peut en débattre, mais si on retourne au modèle de Tensegrité on comprend rapidement que le choix des éléments et des élastiques nous incombe pour établir un équilibre et une résilience.

Si un des élastiques sèche ou est sur le point de se déchirer, il NOUS incombe de le remplacer, de le maintenir en bon état, d’équilibrer les forces entre celui-ci et les autres.

J’espère que la métaphore est claire pour vous, chers lecteurs et chères lectrices.

Ces élastiques, ce sont les conversations, les petits cafés, les coups de fil, les courriels, les petits messages sur les réseaux sociaux à chaque occasion pour entrer en contact avec les éléments, les gens, de votre réseau.

  • Un petit coup de fil
  • Un message de «Bonne fête!»
  • Une lettre manuscrite
  • Une rencontre pour un café
  • Prendre le temps de jaser si on se croise dans un centre d’achats
  • Prendre le temps de s’écouter pendant les rencontres de familles
  • Prendre le temps de discuter pendant les congrès

Votre Tenségrité est un équilibre de tensions et d’intégrité… oui il peut y avoir une tension, un petit stress pour initier une conversation, demander un contact sur les réseaux sociaux, accepter une invitation à une vidéoconférence… mais tout ceci augmente la résilience de votre réseau, une relation à la fois.

Consolider son réseau

Il n’y a pas de solution miracle pour consolider votre réseau. Il faut y mettre du temps et des efforts.

Les bénéfices sont immenses et à long terme.

Consolider son réseau… des efforts et des bénéfices en continu. 

 


Les Tensegrity de Aliter Concept

Les. Modèles Tensegrity proviennent de chez Marcus Shafer aux USA qui les fabrique avec le logo désiré.

http://www.sworksworks.com/store/p8/Tensegrity_Model.html


Contribution volontaire
Le blog est gratuit mais…
Si cet article vous a touché, vous a fait changer d’idée ou de perspective ou a fait prendre de l’expansion à votre esprit… n’oubliez pas que le contenu gratuit sur le web a un coût pour le créateur du contenu.

Merci d’avance pour votre contribution éventuelle.



Merci d’avance pour votre contribution éventuelle.

Abonnez-vous à ce blog et ne manquez aucun article!!

Envoyez l’hyperlien de cet article à un ami ou un collègue qui pourrait en bénéficier ; ne copiez pas le contenu dans un courriel.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré! Vous ne pouvez imaginez l’impact sur la visibilité de mon site!

SVP ne faites pas de photocopie sans en demander la permission à l’auteur… flavallee@aliterconcept.com… ça, c’est moi!

Crédits photos

Buckminster Fuller : Wikipedia Creative commons

Tensegrity complexe : https://www.archdaily.com/893555/tensegrity-structures-what-they-are-and-what-they-can-be

Photo du haut de page, film  : Collection personnelle

Montagne de Tensegrity par Marcus Shafer

 

 

Matériel protégé par les droits d’auteur © 2021 Aliter Concept™

ARTICLES RÉCENTS