Au cours d’une discussion avec des retraités, l’un d’eux m’a donné la recette du succès.

Bien que très fier de n’avoir jamais dépassé le budget prévu, ce dernier m’a soudainement , spontanément et innocemment donné la grande recette du succès.

Innocemment car j’ai dû lui faire remarquer ….

“Moi monsieur, j’ai géré mon organisation pendant 38 ans en ne pensant qu’à deux choses : le bien-être de mes employés et la satisfaction de mes clients (des patients de centre d’hébergement et de soins de longue durée).”

Ah , mon cher Monsieur G, c’est probablement pour cela que vous n’avez jamais dépassé votre budget!

“Ah , mais j’ai toujours géré le budget très serré monsieur….”

Je n’en doute pas , mais vos préoccupations étaient d’abord pour vos employés et vos patients… et le budget n’était qu’un outil pour y arriver..

“…Vous avez raison monsieur… vous avez raison…” répondit-il d’un air pensif

Et c’est aussi ce que je m’efforce à faire lorsque que j’organise une activité de développement, une conférence, une communauté de pratique ou une session de formation. La cadre budgétaire s’ajuste pour assurer le succès.

Je ne gère jamais le projet en fonction du budget. Jamais.

Mais je n’oublie jamais le budget. Jamais.

La différence fondamentale entre gérer le budget et gérer le succès donne les résultats escomptés

 

1- Gérer le budget ?

Pas de déficit

Stress constant pout épargner le moindre dollar

Pression entre les membres de l’équipe

Prise de décision ralentie

Perte de temps à travers maintes discussions pour confirmer le budget et les dépenses imprévues ( car, oui, il y en a!)

Initiatives ….absentes

Sentiment du devoir accompli ? Je vous laisse deviner.

 

2- Gérer le succès

Engagement élevé

Initiative pour réussir malgré les contraintes budgétaires

Idées pour générer d’autres sources de revenus afin de payer pour les imprévus

Créativité augmentée pour générer un effet “wow”

Déficit potentiel présent dans les esprits de tous

Don de temps pour arriver à créer un succès

Sentiment du devoir accompli ? Nul besoin de calculer le ROI (retour sur investissement) quand on voit les sourires des participants.

 

Ah oui… envie de recommencer !

Ça, c’est ma petite et très humble expérience.

C’est aussi la raison de mon départ à chaque emploi avant de lancer mon entreprise en 2005.

Cependant, je peux extrapoler…

Quand je regarde comment nos fonctionnaires gèrent nos ministères

Quand je vois comment les gestionnaires de nombreuses compagnies hésitent à prendre des décisions qui affecteraient leur bonus

Quand je vois des équipes qui demandent la permission au patron pour la moindre décision

Quand je vois des gens honnêtes, professionnels et diligents qui cessent d’avoir des idées à force de se faire dire… ce n’était pas dans le budget de cette année

Quand je vois des échecs successifs saper l’initiative des nos collègues à cause d’une limite de budget, toujours le budget.

Et je repense à ce gestionnaires d’expérience à la retraite qui ne perdait jamais de vue son budget mais qui gérait surtout pour le bien-être de ses employés et pour satisfaire ses clients.

L’argent est-il vraiment l’obstacle au succès ?

Ou ne serait-il pas simplement un levier et non une fin en soi ?

J’utilise souvent des analogies avec l’automobile pour faire comprendre à mes clients et partenaires certaine évidence.

Gérer son budget comme trop de gens le font , c’est comme remplir son réservoir d’essence, désirer aller de Montréal à Québec mais conduire en ne regardant que la l´indicateur d’essence. Non seulement, cette conduite est dangereuse et imprudente (difficile de voir la route si on a le regard fixé sur l’indicateur !) mais conduire de cette façon nous empêche d’apprécier le voyage, d’éviter les obstacles ou de changer de trajet selon les besoins.

Ah oui, oubliez les pauses biologiques puisque qu’arrêter et repartir le moteur consomme plus d’essence qu’une conduite sans variation de vitesse. Et ça use les freins inutilement… vive les urinoirs portatifs!

Et si l’arrivée de l’équipe de bonne humeur permettait ensuite d’accomplir plus ? Et si la pause biologique pendant le trajet assurait une conduite plus efficace ? Et si une plus grande consommation d’essence occasionnée par un long détour sur une route plus sécuritaire permettait à toute l’équipe d’arrivée saine et sauve?

Et si l’arrivée à Québec n’était qu’une étape dans un long processus, celui de la réussite de l’organisation à long terme ?

À l’inverse, et si les économies de bout de chandelle encourageaient toute l’équipe à démissionner?

En regardant la façon dont plusieurs grands projets sont gérés dans nos organisations je dois, bien humblement , poser ces  questions :

A-t-on oublié pourquoi ces organisations existent?

A-t-on oublié QUI est le moteur des ces organisations?

J’essaie d’imaginer une cellule qui adopterait ce comportement… non, on ne digère plus ce nutriment, notre quota est dépassé. Quoi ? Le muscle a fait plus d’effort que prévu pour atteindre la ligne d’arrivée ? Tant pis ! Notre budget d’ATP est dépassé.

Une entreprise qui doit investir dans son parc informatique…

Une organisation qui doit former ses employés pour utiliser le nouveau système de gestion des stocks…

Une PME qui envoie ses représentants dans les rencontres de réseautage et les conférences pour développer des relations d’affaires…

Un travailleur autonome qui écrit un blogue pour se faire connaître…

Une coopérative qui paie un de ses collaborateur pour éplucher les média sociaux et améliorer la visibilité envers les clients potentiels…

Ajouter des petits “plus” aux participants de vos activités corporatives pour créer un évènement mémorable…

Tout ceci a un coût. Malheureusement , dans l’esprit de trop de gestionnaires le “coût” est la composante qui est scrutée à la loupe.

Alors que la “valeur” est oubliée.

La valeur de l’investissement est souvent méprise pour le coût. La valeur dépasse le retour sur investissement. Ce dernier calcul est basé sur des données brutes et froides. La valeur inclut des composantes d’intangibles difficiles à chiffrer mais reconnues de tous

Engagement

Motivation

Mobilisation

Désir de réussir

Entraide

Collaboration

Etc.

La colle qui unit les élément ses organisations, les gens.

La question revient : voulez-vous gérer un budget ou le succès?

Gérer le budget est à la portée de tous.

Des études récentes sur les gradués de Harvard qui sont devenus CEP de grandes entreprise ont démontré une grande tendance… La très grande majorité de ces “stars” ont catapulté leur entreprise au sommet et en ont retiré de généreuses récompenses… mais une catapulte  est en général utilisé à des fins destructrices… Le projectile monte et redescend avec fracas. Et c’est ce qui est observé… la plupart de ces “succès” à court terme sont basés sur un contrôle des finances et non une croissance de la valeur.

Gérer le budget est à la portée de tous. Les recettes de résultats à court terme, de coupures sauvage et de manipulation de chiffres (dire que les urgences sont moins occupées en déplaçant des civières dans les chambres par exemples) sont légion.

Gérer le succès … ah ça c’est une autre histoire.

La question est pertinente et je vous invite à y répondre pour ensuite modifier ce qui est requis pour être congruent avec votre réponse :

Voulez-vous gérer le budget ou le succès?

 

Crédit photo : Samuel Zeller sur Unsplash

Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2018. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

ARTICLES RÉCENTS

Restez à l'affut! Abonnez-vous au blogue et à l'infolettre.

Restez au courant de nos prochaines offres et évènements!

S'abonner à l'infolettre