Quand votre orchestre sonne comme un quatuor 

En lisant un article de Seth Godin

https://seths.blog/2019/01/does-an-orchestra-need-the-oboe/

Dans lequel il explique son analogie de l’orchestre, je dus , encore fois, m’éblouir devant sa perspicacité et sa facilité à écrire des articles de 50 mots. Clairement ce n’est pas mon cas.

Dans cet article, il se demande si le retrait d’un instrument d’un orchestre sera remarqué par l’auditoire. Que ce soit un des nombreux violons d’un orchestre symphonique, une des multiples trompettes ou contrebasses ou un des haut-bois.

Probablement pas.

La plupart des gens n’entendront pas la subtile différence d’intensité sonore.

C’est probablement la raison pour laquelle certaines organisations font des coupures de personnel. On se dit que ça ne change rien. Oh, il y a peut-être trop de gras autour de l’os…

C’est peut-être la vérité … au début. Plusieurs organisations ont accumulé le “gras” au fil des ans en spécialisant les emplois, en ajoutant du personnel pour des tâches qui sont devenues superflues ou désuètes avec le temps ou avec l’arrivée de technologies nouvelles. 

Rappelez-vous …

Les formulaires en 4 copies…une pour toi, une pour les finances, une pour l’assurance qualité et ..la quatrième ? Oh, classe-là dans une boîte… on jettera la boîte l’an prochain.

Les secrétaires…remplacées par la bureautique et le manque de diligence et de compétences de certaines gestionnaires pour apprendre tout ça.

Le rôle de la gestion est de diminuer le coût d’une transaction/opération.

Tout cela a du sens …jusqu’à un certain point. Nous voyons aujourd’hui trop exemples d’enflure bureaucratique qui résultent en une grande inefficacité de nos systèmes. Les coûts associés à un strate de gestionnaires trop grande sont très élevés et la strate qui décide coupe rarement à cet endroit…ce serait un suicide bureaucratique…impensable.

Alors on enlève un violon par-ci et une trompette par-là.

Et personne ne s’en rend compte…sauf bien sûr les trompettes et les violons au chômage.

Sauf que…

Faites un test. Achetez un billet pour un concert de musique symphonique.

Que vous soyez mélomane ou non ne changera rien car vous n’irez pas au concert pour écouter mais pour observer.

Observez ce qui vous entoure : des mélomanes, des novices excités et le reste, ceux qui aiment la musique mais qui ne comprennent  pas vraiment toutes les subtilités, ceux qui vont à des concerts pour se pomponner et se faire voir et ceux qui y vont pour dire qu’ils y sont allés. 

On ne voit pas une foule aussi bigarrée et hypocrite à un concert de Metallica, je vous jure. Les concerts de rock attirent les fans, rien que les fans. Et ceux-ci dans leur amour inconditionnel remarqueront le moindre écart inacceptable de performance.

Seuls quelques adeptes remarqueront les erreurs de l’orchestre ou du chef, ou l’impact des “coupures” , l’absence d’un ou deux violons, le manque de profondeur des contre-basses, maintenant moins nombreuses,  l’impact réduit des percussions minimalistes…

Ces adeptes capables de détecter les signaux faibles auront peut-être l’occasion d’écrire un commentaire sous un article de journal critiquant la performance ou encore, pour les mieux connectés, certains contacteront le chef d’orchestre pour lui faire remarquer que son ensemble “sonne” moins que d’habitude.

Ces signaux faibles sont importants.

Ils illustrent les crises à venir. 

Combien de gestionnaires autour de vous écoutent-ils ces signaux faibles ? Faites-vous partie des lanceurs d’alertes avant que la crise ne soit visible? Ou faites-vous partie de ces précieux  et rarissimes gestionnaires qui “écoutent” et perçoivent les signaux faibles?

(non, je ne parle pas des gestionnaires moins compétents visés par cet article…ceux-ci accumulent en général les symptômes d’incompétence dont celui de ne pas se renseigner ou de lire des articles de blog….)

Vous associez-vous à cette image du mélomane averti qui désirent que la symphonie soit à la hauteur et qui détecte un laisser-aller de la part des exécutants ou une perte d’efficacité à cause de “coupures”.

Ah oui, les “coupures”… combien de fois les premières “coupures”,  probablement justifiées et raisonnables initialement, n’entraînant pas d’impacts visibles, ont été suivies par d’autre coupures, plus importantes, moins justifiées ou raisonnables mais qui font le plaisir des “shareholders” (les actionnaires”) plutôt que les “stakeholders” (les détenteurs d’intérêt, les partie prenantes, incluant les employés et les clients) … trop souvent.

Ces fameuses “coupures” qui font maintenant partie des objectifs de performances des grandes entreprises : l’objectifs de cette année est de couper de x%. Depuis quand la performance d’une organisation se mesure-t-elle à l’efficacité de ces gestionnaires à couper plutôt que de focaliser sur la croissance et la productivité, sur la recherche de nouveaux client, le développement des affaires et la pérennité?

Je me pose souvent une question semblable quand je pense au comité de gestion de certaines organisations. Et si on enlevait un violon d’un ensemble de cordes comme un quatuor (métaphore pour un comité de gestion), verrait-on la différence ? 

Oui bien sûr…

Oui bien sûr?

Réfléchissez au nombre de fois où un haut gestionnaire a bloqué une décision par son absence, une consigne stricte de “signature obligatoire” en place empêchant la prise de décision.

Réfléchissez aussi à ces circonstances où la “signature” ne signifiait rien.

Réfléchissez aux interminables réunions récurrentes pendant lesquelles une grande partie des membres présents ne contribuaient pas à la profitabilité de l’organisation alors que cette dernière, elle, continuait sans relâche à fonctionner…en l’absence de leur gestionnaires.

Réfléchissez aussi à l’état des opérations pendant les off-sites de l’équipe de gestion…est-ce que toute l’organisation arrête pendant ces rencontres de 2-3 jours à l’extérieur ? Comparez maintenant la productivité de votre organisation lors d’une catastrophe météorologique qui empêchent 10% de votre main-main-d’œuvre de se rendre au boulot…

Combien de décisions sont prises automatiquement par les personnes les plus compétentes pour les prendre, en tout temps, pendant les “off-sites” , pendant les multiples réunions de direction, etc…

Pendant ces périodes ou les violons, les tubas, les timbales et le reste de l’orchestre continuent de jouer sans arrêter la “musique” des machines sur le plancher…

Étrange quand même de penser que certains patrons se considèrent plus essentiels à la santé de l’organisation que leurs employés…aliter concept, violin

Ah, je sais bien que, pour continuer la métaphore de l’orchestre, un Stradivarius a une sonorité  particulière et très prisée mais l’orchestre est -il vraiment plus performant à cause de ce violon  unique ?

L’orchestre sera-il aussi performant si les autres violons sont éliminés au profit du Stradivarius?

Étrange quand même de penser à couper les violons de l’orchestre si rapidement…tout en conservant le Stradivarius…

Étrange de penser que le patron a plus d’importance que ses employés pour “produire” de la valeur et des profits pour l’organisation…tellement d’importance que son salaire /bonus correspond dans certains cas au salaire de plusieurs employés essentiels à l’organisation.

Étrange quand même…

NOTE additionnelle : (une noire, une croche ou un blanche, je vous laisse le choix)

Ah oui… j’allais oublier …cet orchestre qui produit une si belle musique doit être entretenu. Les musiciens doivent pratiquer, leurs instruments nettoyés, les cordes  des violons, violoncelle et contrebasse changées , les pistons des  cuivre bien lubrifés, l’anche des hautbois remplacée etc., etc.

Telle une automobile de haute performance, un orchestre efficace et performant requiert des soins.

Devinez quoi… vos employés aussi!

Cessez de retirer des violons avant que votre orchestre ne se réduise à un quatuor.

H.E Luccock le disait si bien :

“Nul ne peut siffler une symphonie.

Ça prend un orchestre pour la jouer!”

Quand votre orchestre sonne comme un quatuor , en êtes vous conscient?


Photo by Larisa Birta and Dominik Scythe on Unsplash

 

Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2019.

S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur… ça c’est moi ! (flavallee@aliterconcept.com) 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER en envoyant le lien pour inciter vos amis à penser autrement!

ARTICLES RÉCENTS

Restez à l'affût! Abonnez-vous au blogue et à l'infolettre.

Restez au courant de nos prochaines offres et évènements!

S'abonner à l'infolettre