Danger! Souper spaghetti hors contrôle

C’est ce que la pancarte à l’entrée de l’édifice aurait dû annoncer!

Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d’accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d’un centre de soins ou les scouts ou l’équipe de soccer locale.

Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux… etc., etc.

On s’amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu’en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s’en fait une réserve!

Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d’une recette ancestrale d’une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l’organisme qui a organisé l’évènement.

On connaît la chanson!

On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit.

Jusqu’à ce que…

Notre bon gouvernement et ses inspecteurs entrent en jeu.

À coups de normes alimentaires et d’une lourde bureaucratie, armée jusqu’aux dents de procédures et de règlements, ils ont tôt fait de trouver une faille ou douze dans le « processus » des bénévoles et d’exiger des modifications, d’ajouter des étapes ou pire encore, d’ordonner la cessation immédiate des activités.

Après tout, le respect des règles est plus important que les bénéfices découlant de l’activité.

On comprend que le gouvernement est là pour protéger le public… à tout prix.

Mais je me souviens de cette petite fromagerie locale artisanale qui préparait un fromage de chèvre savoureux, délectable en fait, et qui a fermé parce qu’un règlement obscur n’était pas respecté par une autre fromagerie à 476 km de là. Cette autre fromagerie était insalubre. Pas MA fromagerie. Mais voilà… tout le monde doit respecté les règles alors… mieux vaut fermer les contrevenants potentiels maintenant que de devoir rendre des comptes plus tard.

La meilleure façon de ne pas faire d’erreur est de ne rien faire.

Et ne mettre en place des règles pour assurer l’univers que rien ne sera tenté avant d’avoir respecté les règles.

Cette fromagerie a fermé. Vive l’entrepreneuriat!

Et le souper spaghetti?

Oh, nos bons inspecteurs ont trouvé que

  • la liste d’ingrédient sur les étiquettes ne respectait pas l’ordre convenu

(bien sûr, le fait de mettre les épices tout de suite après la viande signifiait que dans cette sauce, il y avait plus de poivre que de tomates… bien sûr!)

  • Pas de date de péremption sur les étiquettes… tout le monde sait que la sauce à spaghetti maison pourrait rester plus de 2 ans dans un frigo de gens occupés qui achètent cette sauce pour éviter d’en faire…
  • la température du frigo dans lequel les sauces congelées était entreposées laquelle n’était pas mesurée adéquatement

(bien sûr, le fait d’entreposer la sauce congelée pendant 8 heures dans un congélateur avant de les vendre aux clients qui la mettront dans leurs congélateurs [dont la température est toujours contrôlée….]

HEY!

HEY !

Peut-on arrêter l’hystérie ?

Henry Mintzberg mentionne le plus grand rôle que devrait jouer le secteur communautaire [le secteur « plural » ou pluriel] aux côtés du secteur public et du secteur privé. Ce secteur communautaire qui est progressivement disparu depuis l’apparition de l’état providence qui s’occupe de tout. Mais voilà que l’état providence ne s’occupe plus de rien et coupe, coupe, coupe dans tous les services pour lesquels il continue de prélever des impôts. Les initiatives communautaires comme les soupers spaghetti sont justement mises en place pour compenser le cruel manque à gagner découlant de l’abandon de nos gouvernements et du bris du contrat social impliqué par les ponctions fiscales.

Mais non… « ILS en remettent et se mêlent maintenant de nos initiatives bénévoles en imposant des règles et des normes pour lesquelles nous n’en avons rien À CIRER !

TOUT LE MONDE COMPREND que cette sauce à spaghetti a été faite dans une cuisine NORMALE qui ne suit pas les règles du MAPAQ et que la cuisinière bénévole n’a pas suivi la formation obligatoire sur la transformation alimentaire.

ET ALORS?

Acheter de la sauce pour aider les plus démunis est un risque ! Nous acceptons ce risque implicite à toute préparation de nourriture !

Ah…. je pourrais continuer longtemps.

La conclusion de cette triste histoire ?

  • Fini le souper spaghetti.
  • Finies les activités financées par cette bonne œuvre.
  • L’impact sur les démunis sera mesuré dans deux ans… suicides, maladies, frais de santé augmentés etc.etc.

Vive notre bon gouvernement.

Oh, mais le pire ici c’est que le gouvernement n’est pas à blâmer.

Non.

Car après tout, QUI applique ces règles ? Des gens comme vous et moi. Des gens qui n’ont pas le courage de dire non à l’hérésie et l’ineptie.

Je comprends qu’un système comme le nôtre est basé sur des règles, mais…

Une personne sage sait quand et comment faire une exception à chaque règle

Une personne sait quand et comment improviser

Une personne sage ne naît pas sage, mais le devient.

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle…

Une pancarte comme celle-là apparaîtra-t-elle à chaque fois ?

hmmm…

Il faudrait peut-être plutôt placarder les édifices gouvernementaux avec la mention

DANGER, nouvelles règles en écriture

ou

DÉTOUR , suivre les flèches et essayez de vous y retrouver

ou

DÉVIATION, aucun espoir de retour!

 

Quand les règles priment sur le bon sens,

Une menace pèse sur notre essence.

Ne laissons pas le bons sens disparaître.

C’est notre ultime devoir de citoyen.

 

Matériel protégé par le droit d’auteur © Aliter Concept™ 2017. S.V.P. ne pas imprimer ou copier sans la permission de l’auteur.

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

ARTICLES RÉCENTS

Restez à l'affût! Abonnez-vous au blogue et à l'infolettre.

Restez au courant de nos prochaines offres et évènements!

S'abonner à l'infolettre