Le singe!

La délégation de corridor!

Hey! T’as une minute?

Combien de fois cette scène vous est-elle arrivée? Vous marchez rapidement vers votre prochain rendez-vous ou réunion et un collègue (pas toujours votre préféré d’ailleurs!) vous interpelle de façon non équivoque. « Hey, s’cuse, je pensais à toi justement. Tu sais le projet X sur lequel nous travaillons tous les deux? Je ne serai pas capable de compléter l’étape Y dans les temps. Peux-tu m’aider? »

« Peux-tu m’aider? »…

Comment résister à cette demande? Comment subir la misère humaine dans toute sa splendeur sans broncher? Comment refuser cette requête, toute justifiée bien sûr, sans sourciller?

Simple.

« Non. » Froidement, stoïquement. Relisez la chronique numéro 3 immédiatement si vous êtes en état de choc.

Un non bien placé, poli et respectueux, vous aidera ici, car vous devez faire face à l’attaque du singe.

Le singe!

Le singe, c’est une responsabilité. Elle repose sur vos épaules comme le singe s’agrippe à deux mains à votre dos. Comme une responsabilité, le singe essaie de fuir et de sauter sur une autre personne. On ressent tous un jour ou l’autre ce besoin irrésistible de donner son singe à un autre. Certains individus en sont devenus des experts!

Vous avez déjà un nom en tête? Normal. Toutes les organisations ont des éleveurs de singes. Ils vous les larguent en deux temps, trois mouvements. Avant même que vous ne le réalisiez, vous avez accepté leurs singes. En groupe à l’occasion! Ces individus ont une propension à vous expliquer leurs problèmes d’organisation et de surcharge de façon à vous faire sentir coupable. Ils sont les maîtres de cette grande tradition judéo-chrétienne d’abnégation et de don de soi… En fait, de don de vous! Ils jouent sur vos cordes sensibles… Et vous tombez dans le piège!

Combien de fois vous êtes-vous dit, après avoir accepté de donner un coup de main, que vous n’auriez pas dû? Combien de fois êtes-vous retourné à votre bureau en pestant contre votre échine trop flexible? Combien de fois vous êtes-vous posé la question fatidique : Comment puis-je faire tout ça?

La solution? Transférez vos singes!

Blague à part, plusieurs personnes en viennent à cette solution comme étant la seule issue possible. Erreur! Ils deviennent ainsi des éleveurs de singes! Devenez plutôt des dompteurs de singes!

Voici donc quelques trucs :

1- Non! À volume élevé, le résultat est un succès garanti. Mais votre réputation risque de prendre un coup dur. Surtout si vous étiez dans un corridor bondé de gens au moment de l’interjection.

2- Non, ce ne sera pas possible. (Pause stratégique pour lui permettre de comprendre les conséquences de votre refus). Je suis débordé également… Bonne chance!

3- Ah? Quel est le problème? Vous lui laissez 1-2 minutes pour vous expliquer. Demandez-lui alors comment il voit la solution. S’il (ou elle!) le sait, continuez en lui disant « Bravo! Je suis content de t’avoir aidé! » Continuez votre chemin. Sans vous retournez (mais vous pouvez rigoler de satisfaction dans votre barbe… Pour ceux qui en ont!)

4- Idem 3 pour le début. La situation ou la solution n’est pas claire? Demandez-lui d’y penser et de vous retrouver à la pause ou à l’heure du lunch pour vous en reparler. Les chances sont fortes pour qu’il ne vous en reparle plus. S’il (ou elle!) revient à la charge au moment qui vous convient (Remarquez que vous avez pris le contrôle de la situation en lui indiquant quand vous seriez disposé à l’écouter davantage… Non mais! C’est fini le temps où on est esclave de son horaire!), vous écoutez attentivement et vous continuez en le félicitant d’avoir trouvé une solution. Si ce n’est pas le cas, aidez-le (ou la!) à en trouver une. Dans les deux cas, vous n’aurez pas accepté de prendre le singe sur votre épaule.

5- Récidive le lendemain? Refaites l’étape 3 ou 4 jusqu’à la fin du projet ou épuisement du sujet (le projet, pas la personne… quoique…).

Le message est clair : N’acceptez pas les singes des autres! Nous avons tous des responsabilités. Nous avons tous des journées pleines. Nous avons également tous le choix de dire « Non ».

La gestion de son temps passe par notre engagement à gérer nos priorités. Une discipline de fer est nécessaire pour respecter nos priorités. Une vision claire est nécessaire pour établir nos priorités, nos valeurs (sujet à venir!). Et dans tout ça, il ne faut pas perdre de vue l’aspect humain. Vous l’aurez compris dans mon propos : Au-delà de l’humour, les principes de base demeurent. Apprenez à vous respecter tout en respectant les autres. Car, une fois vos priorités bien gérées, une fois vos projets complétés, une fois votre to-do list bien cochée, une fois votre in basket vidé… que reste-t-il? 

Les autres!

« Nul homme n’est une île » comme le disait John Donne. Si vous avez dit « non » à tous (et de la mauvaise façon!), vous risquez de vous retrouver seul sur votre île. Et la vie sans in basket risque d’être longue et bien triste! Le maintien des bonnes relations entre individus est un principe fondamental. Et un principe qui vous permettra de mettre en pratique un principe de gestion de temps très sain qui est souvent malheureusement associé au transfert de singe : La délégation! (Un autre sujet à traiter dans les prochains numéros).

Devoir de la semaine

1- Identifiez les éleveurs de singes dans votre entourage.

2- Essayez de voir combien de temps ces gens vous grugent.

3- Évaluez le gain de temps potentiel si vous commencez à refuser leurs singes.

4- Imaginez tout ce que vous pourriez faire avec ce gain de temps.

5- Devenez dompteur de singes! L’achat du fouet est optionnel, mais si ça vous fait du bien… Go for it!

Citation de la semaine

« One of the greatest discoveries a man makes, one of his great surprises, is to find he can do what  he was afraid he couldn’t do. »   Henry Ford

Par François Lavallée M. Sc.

 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

L'Homo contactus est arrivé!

L'Homo contactus est arrivé! Nouvelle ère, nouveau mode de pensée Harold Jarche a ouvert une nouvelle porte pour moi. Un article récemment publié sur son blogue a initié une série de pensées dans mon esprit. Je repense à Rodin et le "Penseur" comme à la vieille façon de penser : solitaire et profond.

Plus d'info

Gérer le contexte et non le texte con

Gérer le contexte et non le texte con. Non, pas un mauvais jeu de mots. Je suis abonné à l’excellent magazine de l’ASQ. Chaque mois l, ASQ et ses contributeurs nous ouvrent les yeux sur des sujets intéressants et d’actualité. Chaque mois je me sens un peu plus intelligent… après m’être senti un peu idiot. Après tout, c’est le but des ces magazines : informer, éduquer, développer, améliorer. Mais... et c’est un gros, mais.. MAIS à l’occasion je me demande si vraiment certaines personnes sont surprises autant que moi et pour les mêmes raisons à la lecture d’articles présentés comme des moments d’illumination dans une mer d’opacité corporative. Ah ça, comme paragraphe opaque, c’était champion!

Plus d'info

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Changement d’huile inutile ? Cours de mécanique organisationnelle requis.

Changement d’huile inutile ? Allez expliquer cela au propriétaire d’une luxueuse Mercedes. Personne ne pourra argumenter que la garantie d’une berline familiale exige des opérations d’entretien pour qu’elle soit honorée. Cela fait partie de contrat entre le propriétaire et le manufacturier. On le sait. Oh, on pourra discuter longtemps sur la réelle fréquence requise par le véhicule et celle exigée par le manufacturier.. et les concessionnaires. Il n’en reste pas moins qu’un entretien déficient entraînera des problèmes à long terme sur le véhicule et des frais additionnels pour le propriétaire si ce dernier ne respecte pas les termes de l’entente de garantie. On le sait. On le sait, mais à l’occasion on étire un peu la sauce et les délais entre les entretiens peuvent, mais alors là vraiment rarement (…) aussi s’étirer. Vous me voyez venir j’espère…

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

La cheville carrée et le trou rond

Depuis quelques années, je travaille avec mes deux fils pendant les vacances d'été...Bon, ok, pendant LEURS vacances d'été, pas les miennes. En tant que président d'une PME en consultation, les étudiants d'été représentent une bonne opportunité de tester les nouveaux produits et services à des coûts relativement bas. !

Plus d'info

Copyright © 2013 Aliterconcept Reproduction restreinte permise si accompagnée de cette mention.