Le coût d’une décision

Depuis environ un an, je réalise qu’une paralysie décisionnelle s’est emparée de multiples compagnies. La paralysie est présente depuis beaucoup plus d’un an. Mais je pense comprendre pourquoi depuis un an. Humble réflexion sur une dure réalité.

Suite aux nombreuses réorganisations, fusions, acquisitions, fermetures et autres situations semblables, les gestionnaires ont développé ce que j’appelle la mentalité de succursale. Vous savez, le gérant de succursale de commerce au détail qui ne fait que répondre aux demandes du siège social, qui ne vend que ce qu’on lui envoie, qui ne peut faire de promotion hebdomadaire sans le circulaire officiel, etc.

Lorsqu’on leur demande de prendre une décision, la plupart d’entre eux ne sont plus capables de décider. Ils invoquent alors le besoin de consulter le comité de gestion, leurs collègues, le siège social et je ne sais qui d’autre. À chaque fois, les raisons incluent la nouvelle structure organisationnelle, les objectifs du nouveau propriétaire qui ne sont pas encore connus, un resserrement au niveau du budget, etc.

Bref, depuis quelques années, le pouvoir décisionnel des directeurs généraux, de leurs gestionnaires et des superviseurs ne cesse de diminuer. À quelques rares exceptions près, les décideurs n’ont plus les moyens de décider ! Et lorsque la décision se prend, le délai entre le début de la discussion et la prise de décision est tellement long que le résultat peut en être affecté.

J’ai fait quelques tests récemment avec certains de mes clients pour les aider à prendre des décisions.

Test #1

Lors d’une rencontre où les mêmes clients se retrouvent ensemble pour discuter d’un thème commun dans un format de communauté de pratique, je leur ai demandé combien d’entre eux étaient certains de pouvoir se faire rembourser l’achat d’un de mes livres acheté impulsivement sur place. Le nombre de mains levées était étonnamment bas. La raison invoquée : diminution de budget. On parle ici d’employés de compagnies internationales dont le chiffre d’affaires dépasse la centaine de millions et d’un livre de 20 $.

Devant ma surprise, on m’a assuré qu’aucune dépense n’était admise sans autorisation préalable. Une autorisation préalable pour une décision de 20$ ?!?

Je leur ai alors demandé s’ils avaient déjà clarifié avec leur patron quelle était la limite en dollars de leur pouvoir décisionnel, c’est-à-dire, quel montant pouvaient-ils engager au nom de la compagnie, au bénéfice de la compagnie, sans devoir demander une autorisation. Dans la grande majorité, ce montant est zéro.

Test #2

Devant mon incrédulité, j’ai demandé : ce montant est-il perçu ou réel ? Avez-vous demandé, directement et spécifiquement à votre patron quel était ce montant ou percevez-vous que vous ne pouvez dépenser sans permission ?

AHA !

Personne n’avait demandé de clarification.

Le test était simple : demandez ! Osez demander !

Comme j’ai la chance de revoir ces personnes quelques fois par année, je me promettais de faire un suivi sur la question lors de la prochaine rencontre.

Test #3

Suspense ! J’attendais avec impatience et appréhension la réponse à ma question. Non pas « quel est le montant pour lequel vous pouvez dépenser sans autorisation?”

Non, une question encore plus simple :

« Avez-vous demandé à votre patron quel est le montant……?

Je m’attendais à plusieurs “non”. Je n’ai reçu que des “non”.

Nous avons donc poursuivi l’exercice en nous demandant ce qui nous empêchait de poser la question et la réponse fut la peur.

La peur de demander.

La peur d’oser questionner.

La peur qui se traduit en peur de décider.

En inaction.

Et en pertes pour l’organisation.

 

Les conclusions dans l’article suivant : http://www.aliterconcept.com/blog/reflexion-de-qualite/cout-inaction/.

En attendant, vous sentez-vous concerné par cette situation ?

Avez-VOUS demandé à votre patron quelles sont les limites à l’intérieur desquelles pour pouvez décider ? Et dépenser ?

Pourquoi avez-vous peur de le faire ?

 

N’HÉSITEZ PAS À LE PARTAGER pour inciter vos amis à penser autrement!

Articles récents:

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle

Danger ! Souper spaghetti hors contrôle C'est ce que la pancarte à l'entrée de l'édifice aurait dû annoncer! Vous avez sûrement été invité à participer à une activité de financement semblable. Celle qui est organisée par des bénévoles soucieux d'accumuler des fonds pour un organisme sans buts lucratifs, pour aider les plus démunis ou les patients d'un centre de soins ou les scouts ou l'équipe de soccer locale. Une opportunité de photos pour le député du coin accompagné de la mairesse et des conseillers municipaux... etc, etc. On s'amuse, on se bourre la fraise et dans certains cas, la sauce à spaghetti est tellement bonne qu'en plus de nous faire oublier le goût des pâtes trop cuites, on s'en fait une réserve! Non seulement la sauce peut être savoureuse, fruit d'une recette ancestrale d'une bénévole qui a travaillé pendant des jours dans sa cuisine, mais en plus, cette réserve de sauce nous fait sauver du temps tout en contribuant à l'organisme qui a organisé l'évènement. On connait la chanson! On y participe chaque année pour appuyer la cause à laquelle on souscrit. Jusqu'à ce que...

Plus d'info

Changement d’huile inutile ? Cours de mécanique organisationnelle requis.

Changement d’huile inutile ? Allez expliquer cela au propriétaire d’une luxueuse Mercedes. Personne ne pourra argumenter que la garantie d’une berline familiale exige des opérations d’entretien pour qu’elle soit honorée. Cela fait partie de contrat entre le propriétaire et le manufacturier. On le sait. Oh, on pourra discuter longtemps sur la réelle fréquence requise par le véhicule et celle exigée par le manufacturier.. et les concessionnaires. Il n’en reste pas moins qu’un entretien déficient entraînera des problèmes à long terme sur le véhicule et des frais additionnels pour le propriétaire si ce dernier ne respecte pas les termes de l’entente de garantie. On le sait. On le sait, mais à l’occasion on étire un peu la sauce et les délais entre les entretiens peuvent, mais alors là vraiment rarement (…) aussi s’étirer. Vous me voyez venir j’espère…

Plus d'info

30 kg de mort dans le dos

30 kg de mort dans le dos… c’est le poids moyen du matériel porté par un G.I. en situation de combat selon une recherche rapide sur le web. Rien de semblable à ce que j’ai sur le dos lors de ma première expérience de paintball au Big Foot, dans la région de Lanaudière.

Plus d'info

La cheville carrée et le trou rond

Depuis quelques années, je travaille avec mes deux fils pendant les vacances d'été...Bon, ok, pendant LEURS vacances d'été, pas les miennes. En tant que président d'une PME en consultation, les étudiants d'été représentent une bonne opportunité de tester les nouveaux produits et services à des coûts relativement bas. !

Plus d'info

Êtes-vous un amateur ou un vrai cuisinier ?

Cuisinez-vous ? Comme cuisinier amateur ou comme chef de renommée mondiale ? Et comme manager ? Êtes-vous un amateur ou un manager professionnel de classe mondiale ? La gestion est d'abord une mentalité et une foi absolue dans l'esprit humain. Aucun livre de gestion ne pourra vous donner la recette miracle. Mais il faut bien commencer quelque part. Comme en cuisine. Un œuf et un "grilled-cheese" avant de faire la mayonnaise parfaite !

Plus d'info

Crise : la solution ne viendra pas d’en haut.

Une récente crise sociale déclenchée par une tempête parfaite. Une situation presque normale dans le climat hivernal québécois : une tempête de neige. Une tempête de neige, comme toutes les tempêtes, accompagnée d’une bonne dose d’imprévus. Après tout, il s’agit d’un système complexe aux paramètres météorologiques difficiles à prévoir malgré la tonne de scientifiques qui s’y affairent. Une chose certaine : il faut se préparer à agir et agir pour se préparer.

Plus d'info

Copyright © 2014 Aliter Concept. Prière de ne pas reproduire, copier ou distribuer physiquement sans permission.