L’essence de la performance : La métaphore

(suite de la semaine passée ) J’aime les métaphores. Je le répète.

Et les automobiles sont une source inépuisable de métaphores!

«La formation est l’essence de la performance.»

Lorsque quiconque planifie un voyage en automobile (oui, la métaphore tant attendue!) de plusieurs centaines de kilomètres, certaines étapes et vérifications s’imposent.

Selon la distance à parcourir et la température, ces étapes peuvent inclure

  • Une vérification des freins
  • Un changement d’huile et/ou de pneus
  • Un remplissage de liquide lave-glisse
  • Vérification de la pression des pneus
  • etc.

Mais honnêtement, à moins d’un voyage vraiment long, peu de gens vérifient tout cela. Une seule chose est vérifiée ou du moins planifiée CHAQUE FOIS :

avons-nous assez d’essence pour nous rendre?

Un manquement à cette étape aura des conséquences directes, automatiques à plus ou moins long terme. Indubitablement. Aucun doute possible. Manquer un concert de U2 ne changera la vie de personne. Au pire, déception passagère. Annuler les formations auxquelles vous avez été inscrit ne vous fera pas mourir et ne vous empêchera pas de progresser… pour le moment.

Prendre l’habitude d’annuler les formations est rapide, plus rapide qu’on l’imagine.

Une fois, deux , fois et pouf… chaque fois… ou presque. L’habitude et l’absence de conséquences immédiate sont bien ancrées. Ce comportement chez un individu l’empêche de progresser et d’augmenter ses compétences en plus de faire diverger un budget de formation chèrement négocié vers le gaspillage plutôt que le développement.

Ce comportement chez un gestionnaire ruine sa réputation de visionnaire et change sa perspective de l’organisation. Il/elle commence à ne penser qu’aux tâches à accomplir DANS l’organisation plutôt que celles qu’il/elle devrait accomplir en travaillant SUR l’organisation.

Les «urgences» seront toujours présentes et arriveront toujours au mauvais moment. Prendre une décision pour faire face à une urgence est une qualité essentielle à la bonne marche d’une organisation. 

Négliger le futur pour éteindre un feu qui aurait pu être pris en charge par l’équipe n’en est pas une. Négliger le futur pour éviter de nouveaux feux est encore pire…

Négliger de prendre de l’essence pour partir 3 minutes plus tôt, mais devoir arrêter en chemin et faire un détour vers la station-service à 8 km de l’autoroute est une mauvaise stratégie lors de la planification d’un trajet.

Annuler sa présence à répétition lors d’évènement, de réunions, de formations à cause d’un manque de planification, une insécurité, un manque de confiance envers soi et les autres aura des impacts. 

Tôt ou tard.

L’essence de la performance inclut, sans y être limitée,  la formation, la réflexion et l’introspection.

  • 25 % des problèmes de performance, selon Thomas Gilbert, sont attribuables à l’individu. 
  • 11 % plus directement, les 11 % associés à la formation. 

Oui, l’individu est responsable de sa formation, et ce, malgré les contraintes budgétaires imposées par certaines organisations. Le privilège que les employés obtiennent quand l’employeur paie pour cette formation (temps et coût de la formation) est souvent négligé et peu valorisé. Une absence de la part d’un employé (qui dans certains cas n’avise même pas son employeur!) dénote d’un grand manque de responsabilité.

Oui, un gros jugement de valeur de ma part.

Mais l’augmentation de ces incidents depuis quelques années ne peut être attribuée à autre chose qu’une déresponsabilisation des gens. Qui , elle-même, est directement causée par un environnement de travail peu propice à l’initiative, à la responsabilisation et à l’attitude positive. 3 critères tant recherchés par les employeurs. Quelle dichotomie!

C’est la démonstration de la quadrature du cercle!

Notre système d’éducation a été conçu pendant l’ère industrielle avec l’état d’esprit de cette époque, pour répondre à des besoins précis de l’industrie. Tout cela a généré des générations d’employés dociles, obéissants, ponctuels… et amorphes… parfaitement adaptés à des marchés stables et en croissance prévisible.

Les marchés en grande mouvance de ces dernières décennies démontrent chaque jour l’acronyme VICA, Volatilité, Incertitude, Complexité et Ambiguïté, dont l’origine remonte à la Guerre Froide. Ce contexte économique et social ne cadre plus avec un système d’éducation anachronique développé il y a plus de 150 ans.

On ne peut faire des carrés avec des cercles…

On ne peut faire entrer une cheville carrée dans un trou aux formes variées sans dégâts collatéraux.

La cheville carrée et le trou rond

La performance exigée de la main-d’œuvre contemporaine requiert une formation continue. Comme le disait Harold Jarche 

Learning IS the work

L’essence de la performance c’est la formation, l’éducation, l’apprentissage

en continu…

C’est une responsabilité de chaque individu que d’aller chercher ce qui est requis pour progresser. Cesser d’apprendre équivaut à cesser de bouger, et pour abuser des métaphores encore une fois, équivaut pour un cycliste de tenter de rester en équilibre sur son vélo sans avancer… possible, mais à quel prix et pour en retirer quelle satisfaction? Être stationnaire n’a jamais été une option pour l’être humain.

La stabilité des marchés prévisibles du siècle passé et la structure rigide des nos organisations publiques, privées et communautaires, ont sclérosé notre potentiel de créativité et d’initiatives.

Il est temps de recommencer 

  • À réfléchir
  • À apprendre 
  • À réapprendre à apprendre
  • À revenir à l’essence de la performance
  • À découvrir ce désir d’aller plus loin
  • À redécouvrir ce plaisir de se dépasser
  • À reprendre le contrôle de notre développement
  • À voir l’» urgence» pour ce qu’elle est et non la considérer comme une «autre» fin du monde
  • À voir notre futur, notre lointain avenir, comme le but ultime à attendre, un pas à la fois, un livre à la fois, une formation à la fois, une réalisation à la fois
  • Il est temps de comprendre que notre nature profonde est plus grande que notre description de poste.

L’essence de la performance,

Le sens de la performance , c’est d’abord l’humain 

dans toute sa splendeur

dans ses initiatives et sa créativité 

dans toute son autonomie


Contribution volontaire
Le blog est gratuit mais…
Si cet article vous a touché, vous a fait changer d’idée ou de perspective ou a fait prendre de l’expansion à votre esprit… n’oubliez pas que le contenu gratuit sur le web a un coût pour le créateur du contenu.

Merci d’avance pour votre contribution éventuelle.



Merci d’avance pour votre contribution éventuelle.

Abonnez-vous à ce blog et ne manquez aucun article!!

Envoyez l’hyperlien de cet article à un ami ou un collègue qui pourrait en bénéficier ; ne copiez pas le contenu dans un courriel.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré! Vous ne pouvez imaginez l’impact sur la visibilité de mon site!

SVP ne faites pas de photocopie sans en demander la permission à l’auteur… flavallee@aliterconcept.com… ça, c’est moi!

Photo by Bryan P.M on Unsplash

Matériel protégé par les droits d’auteur © 2021 Aliter Concept™

ARTICLES RÉCENTS